•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones du Manitoba connaissent un nombre disproportionné de cas de COVID-19

Des lits de camp dans un gymnase.

Plus de 100 personnes ont contracté la maladie dans la Première Nation de Shamattawa, dans le nord du Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté Eric Redhead

Radio-Canada

Les dernières données de l’Équipe provinciale de coordination des Premières Nations pour la gestion de la pandémie montrent que les communautés autochtones sont disproportionnellement touchées par la pandémie alors que 625 nouveaux cas ont été rapportés cette semaine dans l’ensemble de ces collectivités au Manitoba.

Le taux d’attaque secondaire, la mesure selon laquelle on estime le nombre de personnes qui contractera la COVID-19 après avoir été un cas contact, est de 16 % au Manitoba, mais parmi les Premières Nations, ce chiffre est d’environ 40 %, selon la Dre Marcia Anderson, membre de l'équipe de coordination.

Selon la Dre Anderson, plusieurs facteurs expliquent cette donnée comme les retards ou les barrières pour accéder à des tests de dépistage ou encore des maisons bondées.

Les chiffres

  • Nombre de cas actifs : 1815
  • 602 d’entre eux sont dans des communautés autochones
  • 1213 concernent des membres qui ne vivent pas en milieu autochtone
  • Nombre de guérisons : 1548
  • Taux de positivité : 20 % contre 13,4 % au niveau de la province
  • Nombre d’hospitalisations : 107
  • Nombre de Premières Nations en soins intensifs : 23

L’âge moyen des personnes hospitalisées est autour de 50 ans et celui des personnes décédées se situe autour de 66 ans, contre 83 au niveau de la province.

Plus d’une personne sur 10 est infectée

La Première Nation de Shamattawa, dans le nord du Manitoba, fait partie des communautés autochtones les plus durement touchées par la COVID-19. 1300 personnes vivent sur le territoire, seulement accessible par les airs, qui se situe à 745 km au nord de Winnipeg.

Jeudi, le chef de la Première Nation de Shamattawa, Éric Redhead, a indiqué que plus de 100 personnes ont contracté la maladie. Le taux de positivité des tests de dépistage dépasse 68 %.

Nous sommes au point de rupture , confie le chef Éric Redhead. Ce dernier s’inquiète d'autant plus pour les plus vulnérables.

Je suis inquiet pour les aînés et pour les enfants, ajoute-t-il.

La députée de la circonscription de Churchill-Keewatinook Aski, Niki Ashton, a évoqué la situation à Shamattawa jeudi à la Chambre des Communes.

Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a dit qu'il est prêt à déployer les Forces armées canadiennes si nécessaire.

Il a précisé qu’une équipe d'intervention rapide était déjà sur place.

Dimanche, cinq membres de la Croix-Rouge doivent arriver dans la communauté.

La pandémie, un révélateur?

Pour le chef de l’opposition et du Nouveau parti démocratique du Manitoba, Wab Kinew, ces chiffres dans les Premières Nations sont à imputer au racisme systémique.

Cela vient du fait que les peuples autochtones sont plus à même d’avoir des logements insalubres, de ne pas avoir accès à un médecin de famille et pas non plus un accès à de l’eau potable propre, explique-t-il.

De la même manière que la pandémie a révélé comment nous avons ignoré les foyers de soins personnels au cours des dernières années, la pandémie révèle que le manque d’accès à la santé pour les membres des Premières Nations est un problème majeur qu’il faut régler.

Avec les informations de CBC et de Gavin Boutroy

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !