•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’emploi à son niveau pré-COVID dans 3 des provinces de l'Atlantique

Un chauffeur de camion portant un masque d'hygiène est assis derrière le volant.

En novembre, les niveaux d'emploi à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick étaient revenus à leurs niveaux observés avant la COVID-19, signale Statistique Canada le 4 décembre.

Photo : Reuters / Pascal Rossignol

Radio-Canada

En novembre, les niveaux d'emploi à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick étaient revenus à leurs niveaux observés avant la COVID-19, indique vendredi Statistique Canada dans la plus récente mise à jour de son enquête sur la population active.

La Nouvelle-Écosse se distingue en affichant le taux de chômage le plus bas au pays. Il vient de reculer de 2,3 % pour s'établir à 6,4 %. C’est son plus bas niveau depuis mars 2019.

Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ont enregistré des hausses de l'emploi en novembre 2020. L’Ontario et la Colombie-Britannique sont les deux autres provinces où la même tendance a été remarquée.

Avec 10 000 nouveaux emplois, la Nouvelle-Écosse a enregistré la plus forte augmentation (2,2 %) en Atlantique, poursuivant une tendance à la hausse observée depuis avril. La croissance de novembre est principalement attribuable au travail à temps plein, selon Statistique Canada. 

Avec 4200 emplois, le Nouveau-Brunswick a connu sa première hausse importante (1,2 %) depuis juin. Le taux de chômage y a reculé d’un demi-point pour s'établir à 9,6 %.

En hausse de 1 %, l’emploi a augmenté pour un septième mois consécutif à Terre-Neuve-et-Labrador, effaçant toutes les baisses enregistrées depuis février. Le taux de chômage demeure le plus élevé parmi les provinces : 12,2 %, une baisse de six dixièmes de point.

Le nombre de personnes en emploi a aussi augmenté de 1,3 % à l'Île-du-Prince-Édouard en novembre et le taux de chômage y est de 10,2 %.

Des chiffres qui précèdent le reconfinement de certaines zones

Les estimations de l'enquête sur la population active du mois de novembre 2020 sont établies à partir des données de semaine allant du 8 au 14 novembre, indique Statistique Canada. C’était avant l’éclatement de la bulle atlantique, qui facilitait les déplacements entre les quatre provinces les plus à l’est du pays.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Les données de l’enquête portent de plus sur une période pendant laquelle le Nouveau-Brunswick était à la phase jaune de son plan de rétablissement. Ce n’est qu’à partir du 20 novembre que les régions de Moncton, Saint-Jean et Fredericton ont été rétrogradées en phase orange et que des restrictions y ont été ordonnées pour freiner la propagation de la COVID-19.

En Nouvelle-Écosse, ce n’est que le 23 novembre, donc après la semaine de référence de l’enquête de Statistique Canada, que des restrictions touchant l’ouverture des commerces ont été imposées dans le principal centre économique en Atlantique, Halifax.

L'économie canadienne a créé 62 000 emplois en novembre

Dans l’ensemble du pays, Statistique Canada souligne que l’emploi a progressé de 62 000 en novembre, après une hausse de 84 000 emplois en octobre.

Le taux de chômage a été de 8,5 % en novembre, en baisse de 0,4 point de pourcentage par rapport à un mois plus tôt.

Statistique Canada a précisé que le taux de chômage aurait été de 10,9 % en novembre s'il avait inclus dans ses calculs les Canadiens qui voulaient travailler, mais qui n'étaient pas à la recherche d'un emploi.

L'agence a estimé que 1,5 million de personnes cherchaient un emploi en novembre, un chiffre en baisse de 39 000 par rapport à octobre, mais supérieur de 448 000 à celui de février, avant la pandémie.

L’organisme fédéral relève aussi de grandes fluctuations selon les secteurs d’activité. Les mises à pied qualifiées de temporaires demeurent très élevées dans le secteur de l’hébergement et de la restauration et, dans une moindre mesure, dans les secteurs du gros et du détail et celui de la fabrication.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !