•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des rêves d'autonomie alimentaire en Basse-Côte-Nord

Des concombres en serre.

Samuel Bellefleur souhaite construire une serre rapidement pour permettre à la population d'avoir accès à des légumes à l'année (archives).

Photo : Radio-Canada

Xavier Lacroix

Un nouveau résident de Tête-à-la-Baleine, Samuel Bellefleur, nourrit des rêves bien concrets pour la municipalité de la Basse-Côte-Nord. Avec la Ferme du Rigolet, il souhaite permettre à la population de profiter d'une agriculture locale et diversifier l'économie du secteur.

Récemment installé à Tête-à-la-Baleine, Samuel Bellefleur a d'ores et déjà lancé l'organisme sans but lucratif La Ferme du Rigolet, pour mener à bien ses projets d'agriculture.

La future ferme aura d'abord comme mission de tester différentes variétés d'arbres fruitiers, explique Samuel Bellefleur, en entrevue à l'émission Boréale 138. L'objectif sera de trouver les plantes qui offrent le meilleur rendement à des fins d'exploitation agricole.

Samuel Bellefleur veut lancer un projet d'agriculture locale à Tête-à-la-Baleine.

Récemment installé à Tête-à-la-Baleine, en Basse-Côte-Nord, Samuel Bellefleur souhaite y lancer un projet d'agriculture locale.

Photo : Radio-Canada / Frédérique Lévesque

Le projet de culture d'orpin rose entre ensuite en scène. Cette plante médicinal, dont la racine est cultivée pour le plus grand bonheur des amateurs de thé, pousse déjà en Basse-Côte-Nord. Sur son futur site à Tête-à-la-Baleine, Samuel Bellefeur envisage de se lancer dans une culture industrielle d'orpin rose pour voir comment cette plante grasse réagit à ce type d'agriculture.

M. Bellefleur avance que le projet d'orpin rose est un tremplin pour la Ferme du Rigolet. Selon lui, ce projet permettra à l'organisme d'avoir les fonds nécessaire pour développer des projets qui seront axés ici sur l'autonomie alimentaire.

L'idée, c'est de développer l'économie, mais aussi de permettre aux gens de manger localement.

Une citation de :Samuel Bellefleur, fondateur de la Ferme du Rigolet

Il rappelle que la Basse-Côte-Nord est ravitaillée par les voies maritime et aériennes, qui n'assurent pas la fraîcheur des aliments livrés. Il souhaite donc construire une serre rapidement pour permettre à la population d'avoir accès à des légumes à l'année.

L'archipel des îles en face du village de Tête-à-la-Baleine, avec à l'horizon l'île Providence.

L'archipel des îles en face du village de Tête-à-la-Baleine, avec à l'horizon l'île Providence.

Photo : Radio-Canada / Samuel Bellefleur

Samuel Bellefleur estime que la population de Tête-à-la-Baleine accueille favorablement le projet de la Ferme du Rigolet, qui s'inscrit dans un mouvement pour une agriculture locale déjà en branle dans de nombreuses communautés de la Minganie et dans d'autres municipalités de la Basse-Côte-Nord.

Actuellement à la recherche d'un terrain propice pour établir son projet, Samuel Bellefleur tient présentement une campagne de sociofinancement en ligne dont l'objectif est d'amasser 5000 $.

Si tout se passe comme prévu, M. Bellefleur affirme que la Ferme du Rigolet pourrait être en opération dès le printemps prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !