•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurants de l'Abitibi-Témiscamingue fermeront durant les Fêtes

Jean-Philippe Perrier.

Jean-Philippe Perrier, copropriétaire du restaurant Horizon Thaï et du Olive et Basil, à Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Radio-Canada

Avant même que François Legault n'annonce l'annulation des rassemblements en zone rouge pour Noël, plusieurs commerçants de l'Abitibi-Témiscamingue ont amorcé une réflexion par rapport au niveau de service qu'ils comptent offrir durant la période des Fêtes.

Bien que les déplacements en provenance de zones rouges vers des zones jaunes ou orange soient déconseillés, certains commerçants de la région se préoccupent de l'impact que pourrait causer l'arrivée en région de citoyens des zones chaudes.

Le copropriétaire des restaurants Horizon Thaï et Olive & Basil de Rouyn-Noranda, Jean-Philippe Perrier, fait partie de ces commerçants. Afin de donner un répit à ses employés, mais aussi pour éviter toute forme de propagation du virus, l’entrepreneur a pris la décision de fermer ses deux établissements pour la période des Fêtes.

On commence déjà à recevoir des appels de gens qui nous disent: on va recevoir quelqu’un de Montréal pendant les Fêtes, on aimerait ça avoir une table plus grande pour avoir une plus grande distance entre nous et cette personne-là qui vient de Montréal. Juste ça, nous autres, ça nous en disait long. Si les gens veulent être loin de cette personne-là, pourquoi prendrait-on le risque de recevoir des gens de l’extérieur qui pourraient être contaminés? , se questionne-t-il.

M. Perrier estime qu’après une année éprouvante, une courte pause était de mise pour ses employés.

C’est sûr que c’est une grosse année, et les employés ont besoin de repos. Il y en a qui viennent de l’extérieur, donc s’ils veulent aller voir leur famille à l’extérieur de la région, et revenir travailler pendant les Fêtes, il y a tout le temps la question de l’isolement préventif, des trucs comme ça. Il y a un aspect logistique, mais aussi permettre aux employés de prendre ça un peu plus relax après une année où il y a eu des changements à peu près tous les mois. C’est assez exceptionnel parce qu’on n’a jamais fait ça nous autres en 10 ans, puis cette année on s’est dit, dans le doute, on est mieux de choisir l’aspect sécurité avant l’aspect monétaire.

D'autres restaurants ont choisi de garder leurs portes ouvertes, en maintenant des mesures sanitaires très strictes en place. C'est le cas du restaurant Viet-Nam à Amos. La copropriétaire, Thi-Tu Tran, soutient que les clients se sentent en sécurité en visitant son établissement.

Nous sommes très sérieux de conserver de bonnes conditions sanitaires sur place. C’est important pour moi, et pour les clients aussi. Peut-être à cause de ça, les clients fidèles pensent toujours à nous, exprime-t-elle.

À Val-d’Or, le propriétaire du restaurant Windsor, Ricky Boudreau, compte fermer pour la période du 25 décembre au 6 janvier, pour se reposer, mais aussi pour éviter de propager la COVID-19.

La copropriétaire du pub urbain l’Amalgame à Amos, Mélissa Sabourin, souhaite que son établissement puisse demeurer ouvert durant les Fêtes. Elle est toutefois consciente que les plans pourraient changer si le gouvernement resserrait les consignes.

Pour le moment, on a choisi de respecter les règles de distanciation qui se prêtent à notre région, qui est présentement en jaune. Si évidemment le gouvernement change la donne, on va respecter les consignes. Par contre, pour le moment, on a choisi de rester ouverts, tout en respectant rigoureusement les règles , conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !