•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dean Ouellet : passion hockey

Il entreprendra sa 5e saison dans le Circuit régional de hockey senior. Une saison qui sera différente des autres. Qu'est-ce qui motive ce vétéran de 33 ans à continuer à jouer?

Un joueur de hockey, au centre, reçoit un trophée et une plaque.

Dean Ouellet a reçu plusieurs honneurs l'an dernier, dont celui du meilleur marqueur. Après avoir défendu les couleurs du Haut-Madawaska pendant quatre ans, il se joindra aux As de Saint-Basile.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

François Le Blanc

Dean Ouellet est l'un des piliers du hockey senior dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Son parcours l'a amené de Fredericton à San Francisco, de Moncton à Lyon. Depuis cinq ans, il évolue dans son coin de pays, mais cette saison-ci aura son lot de défis.

Je vais prendre mon mal en patience. J'attendu pendant huit mois. Je suis capable d'attendre 2 ou 3 semaines.

Dean Ouellet

Dean Ouellet sourit lorsqu'on lui demande s'il a hâte de chausser à nouveau les patins. En principe, le meilleur marqueur du Circuit régional de hockey (CRH) en 2019-2020 devrait jouer son premier match de la saison avec les As de Saint-Basile, samedi, contre Kedgwick.

Joueur de hockey, un genou sur la patinoire, avant un match.

Dean Ouellet a une routine bien établie avant un match. « Depuis que je joue au niveau atome », dit-il.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Mais puisqu'il habite à Fredericton, qui est en phase orange, il ne pourra voyager vers le Nord-ouest pour jouer au hockey, selon le protocole du CRH. Bien que le hockey demeure sa passion, un match n'est pas une raison essentielle pour se déplacer.

Dès que la santé publique du Nouveau-Brunswick officialisera le retour en phase jaune, Dean Ouellet pourra enfin recommencer à jouer au hockey.

C'est juste d'avoir l'occasion de jouer, souligne le hockeyeur. Je me trouve assez chanceux, car beaucoup de ligues au Nouveau-Brunswick et à travers le pays ne peuvent pas jouer.

Joueurs sur la patinoire.

Dean Ouellet est surveillé de près par ses adversaires.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Un rêve réalisé, une promesse tenue

Dean Ouellet aime le hockey. En parcourant l'Amérique du Nord et la France, le petit gars de Saint-Hilaire s'est fait la promesse de revenir jouer devant les siens.

Car il aurait pu faire comme les autres joueurs de hockey et accrocher ses patins au clou de la retraite, après son dernier match professionnel, à Norfolk, dans la ECHL, en 2016.

Cependant, le jeu le rendait toujours aussi fébrile. Après un arrêt à Rivière-du-Loup dans la Ligue nord-américaine de hockey, il est revenu à la maison, comme il dit.

Pendant quatre ans, il a porté les couleurs des Panthères du Haut-Madawaska, l'équipe de sa région, au hockey senior.

Mise au jeu, rondelle sur la glace, policiers d'Edmundston et de la GRC sur un tapis rouge.

Dean Ouellet est un joueur très populaire. On le voit ici lors de la mise au jeu protocolaire avec Karell Émard de la PWHPA, en février, lors d'un match amical.

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

Cette saison, l'équipe a pris une année sabbatique. Il est donc prêté aux As de Saint-Basile.

Ici, mes parents peuvent venir voir toutes les parties, mentionne-t-il, en rappelant qu'il a évolué très loin de la maison, à des moments où il était difficile de suivre les matchs sur Internet. C'est vraiment spécial de jouer ici devant tous mes amis.

Ça faisait depuis l'âge de 15 ans, qu'il n'avait pas joué devant parents et amis. Aujourd'hui âgé de 33 ans, ça lui fait chaud au coeur de jouer sur la patinoire qui l'a vu grandir.

Joueur avec casque sur la patinoire.

Dean Ouellet a toujours eu du succès: que ce soit aux niveaux midget, junior ou universitaire.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Le hockey l'a fait voyager beaucoup.

Sa carrière a été bien remplie. À 15 ans, il quitte Saint-Hilaire pour jouer au niveau midget AAA à Fredericton et représenter le Canada atlantique au Défi mondial des moins de 17 ans. Puis, en 2004, il est repêché par les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Joueur de hockey dbout avec son équipement. Il attend la rondelle.

Dean Ouellet a été un rouage important des Screaming Eagles du Cap-Breton. Repêché en 2004 au 2e tour, il a été capitaine de l'équipe à sa sa dernière année.

Photo : Twitter / Screaming Eagles du Cap-Breton

De 2008 à 2012, Ouellet évolue à l'Université de Moncton, avec les Aigles Bleus. Ses performances lui permettent de décrocher des postes dans la ECHL à San Francisco, à Fort Wayne et à Norfolk.

Deux joueurs face à face avant une mise au jeu. Un jeune homme attend de déposer la rondelle.

Dean Ouellet a joué pour les Aigles Bleus de l'Université de Moncton de 2008 à 2012. On le voit ici devant Ryan Jenner, des Tigers de Dalhousie.

Photo : Université de Moncton

Les choses ont quand même bien viré pour moi, rappelle Ouellet. Il ajoute que d'autres ont été ballottés d'une ville à l'autre dans cette ligue.

Moi, partout où j'ai été, j'ai quand même été bien reçu, j'ai été bien traité tout le temps.

Dean Ouellet
Joueur de hockey debout sur la patinoire en train de s'élancer pour donner un coup de patin.

Dean Ouellet, lors de son passage avec les Komets de Fort Wayne dans la ECHL.

Photo : Komets de Fort Wayne

Une après-carrière pour le plaisir

Il faut être passionné pour jouer au hockey senior. Dean Ouellet travaille en finances à Fredericton pour BMO Nesbitts. Le hockey est maintenant devenu son passe-temps. Mais, tout un passe-temps!

Dès que la santé publique donnera le feu vert, il reprendra sa routine.

Joueurs et entraîneurs côte-à-côtes avec des trophées.

Les Panthères du Haut-Madawaska ont remporté plusieurs trophées lors de la dernière saison dans le CRH. Dean Ouellet, est à droite sur la photo.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Le vendredi, il se joindra, comme il le fait depuis 2016, à quelques coéquipiers, direction nord-ouest pour jouer ses matchs du week-end avant de revenir dans la capitale néo-brunswickoise.

C'est un peu fatigant, mais c'est le fun, dit-il en souriant.

S'il reconnaît que les petits bobos prennent plus de temps à guérir, il ne songe pas à arrêter.

J'aime encore le jeu. Quand j'embarque sur la glace, on dirait que je ne pense plus à rien. Je peux faire ce que je veux.

Dean Ouellet

Le niveau senior serait, en principe, une ligue pour le plaisir. Mais, le calibre de jeu demeure relevé.

On joue encore parce qu'on aime le côté compétitif, souligne-t-il. Et puis, je le répète tout le temps à tous les gars, dès qu'on arrête, l'affaire qu'on va manquer le plus, c'est d'être dans un vestiaire de hockey avec les boys.

Mais, se voit-il un jour arrêter complètement de jouer? Il réfléchit.

J'ai encore ça dans moi, assure-t-il. Je sais que tu as une date d'expiration au hockey. Ça arrive tout le temps. Un moment donné, il va falloir que ça arrête. Mais, ce n'est pas pour tout de suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !