•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'appel de la montagne lui fait rompre sa quarantaine : il récolte 1150 $ d'amende

Un planchiste dévale une pente.

Le planchiste serait sorti de chez lui deux jours trop tôt, mais il n'a pas vu l'ombre d'un remonte-pente.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un planchiste qui est sorti trop tôt de sa quarantaine pour tenter de se rendre à Whistler, en Colombie-Britannique, a été condamné à une amende de 1150 $ avant même d’arriver à la montagne, selon la police.

La police de West Vancouver indique que l'homme a été intercepté sur la route Sea-to-Sky alors qu'il roulait vers le nord lundi. Un officier en patrouille a remarqué que son Audi avait des plaques californiennes avec une étiquette d'assurance automobile périmée.

Après avoir interpellé le chauffeur, l'agent a découvert qu'il était récemment arrivé en Colombie-Britannique depuis les États-Unis. Le policier a appelé les responsables de la santé publique et l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), qui ont confirmé que le visiteur avait encore deux jours de quarantaine à compléter.

Il a reçu une amende de 1150 $ en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine et a été renvoyé en isolement préventif. En vertu de cette loi, tant les Canadiens que les étrangers qui entrent au Canada doivent se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

La police indique que ce planchiste n'est pas le premier briseur de quarantaine à se faire pincer. Deux autres hommes auraient été surpris en route vers le parc Stanley de Vancouver pour une séance d'entraînement sans avoir complété leurs 14 jours de quarantaine.

Avec les informations d'Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !