•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas de COVID-19 au Pavillon Monique-Rousseau à Saskatoon

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le Pavillon Monique-Rousseau de l'École canadienne-française à Saskatoon, en hiver.

Le Pavillon Monique-Rousseau de l'École canadienne-française à Saskatoon, en hiver.

Photo : Radio-Canada / Matthew Garand

Radio-Canada

Un cas de COVID-19 est signalé au Pavillon Monique-Rousseau de l’École canadienne-française, à Saskatoon.

Dans une note envoyée aux parents, la directrice, Michèle Méthot, mentionne que l'établissement scolaire travaille en étroite collaboration avec la santé publique pour s'assurer que les mesures nécessaires sont en place pour protéger tous les élèves.

Par mesure préventive, la classe concernée suivra ses cours en mode virtuel durant les 14 prochains jours.

Michèle Méthot ajoute que tous les parents concernés ont été contactés et que toutes les personnes qui auraient pu être en contact étroit avec la personne infectée seront contactées par la santé publique.

Des parents réagissent

Selon Daniel Fuller, père de deux enfants au Pavillon Monique-Rousseau, ce premier cas augmente le stress par rapport à la suite des choses. Il est d'ailleurs en train d'élaborer un plan de match au cas où les cours en classe passeraient au virtuel.

« On sait que la COVID-19 est répandue partout dans la communauté. Le stress, c’est de savoir si la personne infectée a contaminé une autre personne, dit M. Fuller. Est-ce qu’il y a de la contamination de COVID-19 dans la communauté scolaire? »

Il est toutefois satisfait de la rapidité avec laquelle les parents ont été informés de la situation.

De son côté, Erin O’Connor, mère de trois enfants qui fréquentent le Pavillon Monique-Rousseau, n’est pas surprise de ce premier cas.

Ce ne sont pas de bonnes nouvelles, mais on s’attendait à ce que ça arrive.

-Erin O’Connor, mère de trois enfants au Pavillon Monique-Rousseau

Malgré la situation, elle affirme que les habitudes familiales n’en seront pas modifiées, puisque toute la famille suivait déjà les mesures préventives recommandées par l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA).

« Nous allons continuer à envoyer nos enfants à l’école, poursuit Erin O’Connor. Il y a des risques partout. On fait de notre mieux pour minimiser ces risques. »

Elle ajoute qu’elle fait toujours confiance à la direction de l’école et aux employés.

Le CEF satisfait de ses précautions

Le Conseil des écoles fransaskoises (CEF), de son côté, souligne qu’il a pris dès le début de la pandémie différentes mesures pour prévenir la contagion au sein de ses établissements. 

« Le CEF a toujours adopté un mode de fonctionnement qui consistait à agir comme si nous avions tous reçu un diagnostic positif », peut-on lire dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Le CEF rappelle finalement aux parents de les avertir si leur enfant représente un risque de contamination. Dans un tel cas, celui-ci ne devrait pas se présenter à l’école.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !