•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Lapointe, la résilience et l'authenticité

Plan buste de Jean Lapointe

Jean Lapointe participant à l'émission «Superstar» le 23 mai 1982.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Radio-Canada

Jean Lapointe fait partie de notre paysage artistique depuis plus de 60 ans. Du célèbre duo Les Jérolas au Sénat canadien, l’homme a été tour à tour auteur, compositeur, interprète, comédien et fondateur de La Maison Jean Lapointe, qui aide les personnes souffrant de dépendance. Retour en archives sur le parcours de cet artiste sincère et reconnaissant.

Jean Lapointe naît à Price, dans le Bas-Saint-Laurent. Dès l’âge de 12 ans, il participe à des concours d’imitations amateurs à Québec, où il excelle.

C’est à Montréal, en travaillant au Théâtre canadien, qu’on lui présente Jérôme Lemay, qui deviendra son partenaire dans le duo d’humoristes Les Jérolas.

Les Jérolas se produisent d’abord au cabaret La Barak et dans d’autres clubs de la métropole.

En janvier 1956, le duo participe à l’émission Music-hall avec Félix Leclerc. C’est à ce moment-là que les succès commenceront à s’accumuler pour Les Jérolas. L’aventure durera 18 ans.

On doit aux Jérolas des chansons humoristiques et entraînantes, comme La veillée chez l’père Joe (1959), Le carnaval de Montréal (1961), Méo penché (1961), Yakety Yak (1959) et Matilda (1961).

Leur succès dépassera les frontières: Les Jérolas se produiront entre autres à l’Ed Sullivan Show, en 1963, et à l’Olympia de Paris, en 1966.

Dans cette entrevue diffusée le 24 septembre 1967 au Téléjournal de Jonquière, il est question notamment d'une tournée en Allemagne.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Information Jonquière, 24 septembre 1967

Entre deux spectacles au Saguenay, Les Jérolas sont invités à une course de chevaux. Aux abords de la piste, le journaliste les questionne sur leurs goûts, leurs projets et les raisons de leur longévité.

Le travail, c’est ce qui nous unit, répond Jean Lapointe, qui semble plus préoccupé par la mauvaise posture du cheval sur lequel il a parié que par l’entrevue elle-même.

En 1974, Jean Lapointe décide de prendre ses distances avec les cabarets, les clubs et les tournées d'alcool qui viennent avec cette vie. Atteint d’alcoolisme, il entame une cure de désintoxication et décide ensuite de faire carrière seul.

Ses années de carrière solo seront ponctuées de spectacles d’humour, de chansons et d’albums à succès.

J’aime chanter et faire le fou; j’aime faire rire les gens. Ma mission première, c’est ça.

Jean Lapointe

C’est dans les chansons, Chante-la ta chanson, Si on chantait ensemble et Tu jongles avec ma vie deviendront toutes des pièces à succès.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Superstar, 30 novembre 1980

Dans ces images tirées de l’émission Superstar du 30 novembre 1980, Jean Lapointe et sa fille Anne-Élizabeth interprètent la populaire Chante-la ta chanson.

Anne-Élizabeth Lapointe deviendra plus tard directrice de La Maison Jean Lapointe, fondée par son père en 1982, qui vient en aide aux personnes aux prises avec des dépendances.

En entrevue, Jean Lapointe s’est toujours dit foncièrement heureux sur scène, et il a souvent souhaité ne jouer qu’un rôle ou deux par année.

Malgré tout, son jeu est si authentique que l'acteur figure au rang des acteurs les plus marquants de la cinématographie québécoise.

Il sera de plusieurs films : Les ordres (1974), O.K… Laliberté (1973), L’eau chaude, l’eau frette (1975), Le dernier tunnel (2004), À l’origine d’un cri (2010), etc.

À la télévision, sa performance dans le rôle du premier ministre Duplessis, dans la télésérie du même nom diffusée en 1978, demeure inoubliable.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Duplessis, le 1er mars 1978

Dans cet extrait du 1er mars 1978, le comédien interprète un Maurice Duplessis alité et malade, qui reçoit la visite du premier ministre Adélard Godbout en 1942, personnifié par l’acteur Roger Blay. La télésérie est une réalisation de Denys Arcand.

Le 13 juin 2001, le premier ministre Jean Chrétien nomme Jean Lapointe au Sénat du Canada. Il y siégera en tant que libéral jusqu'à sa retraite statutaire, à 75 ans.

Quelques mois après son entrée au Sénat, le 8 décembre 2001, l’animateur Claude Charron le reçoit à son émission. Le comédien et chanteur se confie comme un livre ouvert sur son passé parfois tumultueux, mais aussi sur son amour des arts visuels et du sport, en particulier du baseball et du golf.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Claude Charron, 8 décembre 2001

Il parle des critiques qu’il a reçues après avoir affiché ses positions politiques. Il imite aussi son grand ami Félix Leclerc, qui a toujours voulu le convertir à l’idée de l’indépendance.

Son honnêteté lui a joué des tours en politique. Sa franchise en indispose certains et, au départ, certaines déclarations lui font mettre les pieds dans les plats.

Je ne vais pas changer, je vais être prudent, mais je ne pourrai jamais mentir. Comme j’aime à dire souvent : je suis sûr de mourir artiste, mais je ne suis pas sûr de mourir sénateur.

Jean Lapointe

Jean Lapointe est aujourd’hui âgé de 85 ans. Il demeure à jamais l'un de nos plus grands artistes.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.