•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yellowknife, ville hôte des Jeux de la francophonie canadienne de 2025

Un petit drapeau bleu et blanc arborant les symboles d'un ours polaire et d'un logo représentant une moitié de fleur de lys et une moitié de flocon est planté sur une butte de neige. En arrière-plan, la ville de Yellowknife.

Un drapeau franco-ténois surplombe la ville de Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) a annoncé cette semaine avoir choisi Yellowknife comme ville hôte des neuvièmes Jeux de la francophonie canadienne. La pandémie et le report des Jeux de Victoria obligent toutefois les Jeux de Yellowknife à être tenus en 2025 plutôt qu’en 2023.

Certains des jeunes de partout au pays qui participeront à ces jeux sont présentement âgés d’à peine 10 ans.

Pour eux, l'été de 2025 paraît bien loin.

Pour le comité de mise en candidature, la venue des jeux dans la capitale ténoise est l’aboutissement d’un travail de longue haleine.

Selon la directrice générale de la Fédération franco-ténoise (FFT) qui a dirigé le comité, Linda Bussey, le report des jeux vient aussi avec une part d'incertitude et de travail à refaire.

Tous les membres du comité de mise en candidature étaient prêts à travailler [sur le comité organisateur] au cours des deux prochaines années, mais là, 2025, c’est comme loin, dit-elle en ajoutant qu’elle ne pense pas que tous les membres pourront se joindre au comité organisateur.

Une cinquantaine de jeunes portent le drapeau franco-ténois.

Les 48 jeunes participants aux Jeux de la francophonie canadienne des T.N.-O. avaient remporté 7 médailles à Moncton-Dieppe, en 2017.

Photo : La Fédération Franco-Ténoise

Linda Bussey ne sait pas non plus ce qui adviendra des bonnes discussions qu’elle avait commencées avec certains bailleurs de fonds, comme le gouvernement territorial, qui continue d'évaluer les effets de la pandémie sur son économie.

Ça va être une autre dynamique. Il va falloir décider quand on commence à travailler là-dessus, dit-elle. On ne veut pas épuiser les gens non plus. L’important sera de maintenir le bon momentum qu’on avait en place.

C’est excitant, a déclaré la mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty, qui a aussi participé aux premiers Jeux canadiens de la francophonie au Nouveau-Brunswick en 1999.

C’est une chance pour nous de montrer au Canada que, même si le français est une minorité ici, il y a quand même une grande présence, dit-elle. C’est excitant aussi de montrer cette communauté aux gens de Yellowknife.

Une femme se tient devant la caméra avec une fenêtre en arrière-plan.

La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

En juillet 2019, le conseil municipal de Yellowknife a approuvé une motion soutenant la mise en candidature de Yellowknife. La motion permet aux Jeux d'utiliser sans frais des installations de la ville qui leur sont nécessaires.

La mairesse ne croit pas que le report des Jeux viendra changer quoi que ce soit à l'implication de la Ville. Au contraire, elle estime que 2025 sera préférable pour l’administration, qui risque d'être occupée avec la possible construction d’une nouvelle piscine au cours des prochaines années.

En 2019, un comparatif avec la tenue des Jeux de l’Arctique avait permis à l'administration municipale d’en conclure que la tenue d’un tel événement pourrait injecter jusqu’à 342 000 $ dans l’économie locale.

Nous apprécions tous les événements qui nous permettent de partager notre maison, qui est tellement belle.

Rebecca Alty, mairesse de Yellowknife

Une francophonie diversifiée

Yellowknife était la seule ville à s'être portée candidate pour la tenue des neuvièmes Jeux de la francophonie.

Ça n'enlève toutefois aucun mérite à sa candidature, selon la présidente de la FJCF, Sue Duguay, qui rappelle que le processus de sélection a été suivi comme à l'habitude et que Yellowknife était tout simplement une bonne candidate.

Une jeune fille tient le drapeau des jeux gonflé par le vent.

Les Jeux de la francophonie canadienne devaient avoir lieu à Victoria en 2020, mais ils se tiendront plutôt en 2022.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

En grandissant, les Jeux ont développé l’objectif de faire vivre différentes réalités franco-canadiennes à ses participants, dit-elle. Nous nous sommes toujours dit que ces jeux-là devraient avoir la chance de voyager à travers le pays.

Pour les jeunes participants, avoir la chance de pouvoir se réveiller pendant une semaine en parlant en français, à Yellowknife, c'était une occasion qu’on ne pouvait pas manquer.

Il est grand temps que l’on travaille à mieux faire connaître les couleurs de notre francophonie nordique au Canada. Notre équipe a déjà très hâte de pouvoir offrir une édition haute en couleur!

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !