•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois personnes accusées d'avoir fourni des munitions au tireur de Portapique

Un enquêteur entre deux véhicules complètement incendiés.

Un enquêteur à la résidence de deux des victimes, à Wentworth Centre, en Nouvelle-Écosse, le 20 avril 2020.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a annoncé vendredi que trois personnes ont été accusées d'avoir procuré illégalement des munitions au responsable de la pire tuerie de masse de l'histoire du Canada, qui a fait 22 morts à Portapique et ailleurs en Nouvelle-Écosse, en avril dernier.

La conjointe de fait de l'assaillant, Lisa Diane Banfield, 52 ans, est au nombre des accusés. James Blair Banfield et Brian Brewster, respectivement âgés de 64 et 60 ans, ont aussi été identifiés par la GRC au cours d'une enquête lancée dans la foulée de l'attaque, survenue les 18 et 19 avril.

Ces munitions, qui ont été achetées et vendues en Nouvelle-Écosse, ont été cédées illégalement au tireur, le 17 mars et le 18 avril, ce qui contrevient à l'article 101 du Code criminel, a fait savoir le surintendant Darren Campbell dans un communiqué.

Il s'agissait de cartouches Remington de calibre .223 et de cartouches Smith et Wesson de calibre .40.

Ces personnes n'avaient toutefois aucune connaissance préalable des actions du tireur, a précisé Darren Campbell.

La GRC n'a pas indiqué quelle relation les accusés entretenaient entre eux.

Au cours de sa cavale meurtrière, Gabriel Wortman a tué 22 personnes, dont des voisins et des connaissances. Il a mis le feu à sa propre demeure, à son garage ainsi qu'à trois autres maisons avant d'être abattu par les policiers, dans une station-service située à Enfield, en Nouvelle-Écosse.

Bien que le tireur soit mort au terme de cette chasse à l'homme qui aura duré plus d'une douzaine d'heures, et qu'il ne puisse donc pas faire face à la justice, les agents de la Gendarmerie royale du Canada ont mené leur enquête comme s'il était vivant, a souligné le surintendant Campbell.

Dans une enquête, rien ne doit être laissé au hasard. Chaque élément d’information que nous avons reçu a été analysé, vérifié et corroboré pour en évaluer le poids, la validité et la valeur, a-t-il ajouté.

Le jour de l'attaque, Wortman et Mme Banfield célébraient leur anniversaire, peut-on lire dans les documents du mandat de perquisition. La police a indiqué que le tireur avait commencé sa tuerie après avoir agressé sa conjointe dans l'une de ses propriétés de Portapique.

Vendredi, l'avocat de Mme Banfield a décliné les demandes d'entrevue de CBC News.

Les accusés devront se présenter à la cour provinciale, à Dartmouth, le 27 janvier 2021.

Avec des informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !