•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une semaine d’isolement requise en entrant sur la Côte-Nord

Un policier questionne un automobiliste.

Un barrage routier (archives)

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

La santé publique de la Côte-Nord demande aux personnes qui arrivent dans la région de se placer en isolement préventif pour une période d’une semaine.

La santé publique demande, dans la mesure du possible, à ces personnes de faire du télétravail. Si elles ne peuvent le faire, les autorités indiquent qu'il est possible de se rendre sur son lieu de travail durant cette période d’isolement. Les travailleurs devront cependant retourner chez eux tout de suite après et éviter toute interaction sociale.

Les personnes qui vivent sous le même toit qu’une personne soumise à un tel isolement doivent aussi suivre des règles similaires.

Ce protocole de gestion des entrées sur le territoire nord-côtier sera en vigueur à compter du 6 décembre.

Des mesures plus sévères pour certains secteurs

Les mesures exigées sont encore plus strictes pour les personnes arrivant d’une zone orange ou rouge ou de l’extérieur du Québec et qui veulent se rendre dans les MRC de la Minganie, de Caniapiscau ou du Golfe-du-Saint-Laurent (Basse-Côte-Nord). La santé publique leur demande d’appeler au 1 877 644-4545 pour prendre rendez-vous pour des tests de dépistage. Un test de dépistage doit être effectué à l’arrivée, puis un autre au septième jour.

À l’exception d’Anticosti et de Schefferville, où un protocole de dépistage est déjà en place, ces tests pourront être effectués à partir du 17 décembre.

Pour les travailleurs qui se rendent dans les trois MRC mentionnées plus haut, il est recommandé de se faire dépister dans les 96 heures précédant l’arrivée.

Les travailleurs des chantiers et des minières doivent suivre des protocoles alternatifs de dépistage de l’employeur afin de respecter la capacité des laboratoires du CISSS de la Côte-Nord, ajoute Richard Fachehoun, médecin-conseil en santé publique au CISSS de la Côte-Nord.

Le Dr Richard Fachehoun accorde une entrevue à Radio-Canada.

Le Dr Richard Fachehoun de la direction de la Santé publique au CISSS de la Côte-Nord (archives)

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy-Martin

Des cas à ArcelorMittal

Par ailleurs, la région ne compte aucun nouveau cas confirmé de COVID-19 dans son bilan de vendredi.

Les trois cas répertoriés jeudi dans la MRC de Sept-Rivières sont liés entre eux et touchent au moins deux personnes fréquentant les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier.

L’un des cas touche un employé de la minière et un autre un entrepreneur qui se trouvait à ArcelorMittal plus tôt cette semaine.

Ce sont les deux seuls cas confirmés en lien avec nos opérations, indique Annie Paré, directrice des communications chez ArcelorMittal.

L'usine de bouletage d'ArcelorMittal à Port-Cartier

Les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier

Photo : ArcelorMittal

Les personnes qui ont été en contact avec cet employé et l’entrepreneur ont été immédiatement placées en isolement préventif, conformément à nos protocoles internes, et une évaluation de leur niveau de risque respectif est en cours par la santé publique, indique par courriel Mme Paré.

Selon le Dr Richard Fachehoun, ces cas ne se sont pas rendus dans la MRC de Caniapiscau, où ArcelorMittal est également présent.

Des dépistages doivent avoir lieu au cours des prochains jours pour cette éclosion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !