•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étudiante de Calgary lance un groupe de soutien par les pairs

Isabella Burton.

Isabella Burton veut permettre aux jeunes de briser l'isolement.

Photo : Gracieuseté: Isabella Burton

Radio-Canada

Une Calgarienne de 18 ans lance un groupe de soutien par les pairs pour aider les adolescents et les jeunes adultes souffrant d’isolement en raison de la pandémie de COVID-19.

Isabella Burton a terminé sa 12e année au printemps dernier, quelques mois après le début de la crise sanitaire. Selon elle, les adolescents souffrent beaucoup de l’isolement engendré par la pandémie.

Elle croit également que les écoles et le gouvernement n’offrent pas assez de services de soutien en santé mentale pour aider les élèves qui ont de la difficulté à gérer l’enseignement virtuel et l’incertitude engendrés par l’apparition du coronavirus.

Les écoles et le gouvernement n’ont pas fourni assez de ressources, et les services offerts ne sont pas accessibles facilement, déplore la jeune femme, qui étudie maintenant à l’Université de Calgary.

Alors qu’elle terminait sa dernière année de secondaire à la maison, Isabella Burton a contacté l’organisme en démarrage à but non lucratif Peerify Youth, de Toronto.

L’organisme, fondé par l’Ontarienne de 17 ans Karen Guan, met en relation les adolescents avec d’autres personnes de leur âge qui agissent en tant que mentors et offrent du soutien en ligne, par téléphone et à travers des ateliers.

Isabella Burton est maintenant à la tête de la branche calgarienne de l’organisme, qui compte une quarantaine de bénévoles.

Avec Peerify, il est possible de parler à la même personne à plus d’une reprise au lieu d’avoir à parler à une nouvelle personne chaque fois et de raconter la même histoire en espérant tomber sur quelqu’un qui nous comprend, explique-t-elle.

Le service est gratuit et cible les jeunes de 13 à 23 ans. Selon Isabella Burton, les personnes de ce groupe d’âge considèrent souvent qu'ils sont trop vieux pour consulter un psychologue pour enfants, mais trop jeunes pour voir un spécialiste pour adultes.

Suicide et pauvreté chez les jeunes

Un récent rapport de l’organisme Les Enfants d’abord Canada révèle que le suicide est maintenant la première cause de décès chez les enfants de 10 à 14 ans.

Il avance aussi que la pauvreté, l’insécurité alimentaire, les violences, le manque d’activité physique et l'anxiété seraient en hausse chez les enfants ou pourraient augmenter en raison de la pandémie de COVID-19.

Les ressources d'aide, elles, sont surchargées. Le centre d'aide téléphonique Kids Help Phone pour les jeunes a enregistré une augmentation du nombre d’appels de 70 % depuis le mois de mai. Le nombre de messages textes de jeunes qui cherchent de l’aide a quant à lui augmenté de 51 %.

En ce moment, le temps d’attente est d’environ 45 minutes pour parler à un représentant de Kids Help Phone, affirme Isabella Burton.

Il n’est donc pas surprenant de voir une forte augmentation de problèmes de santé mentale chez les jeunes. Ces services sont essentiels pour la sécurité des Calgariens, mais il y a un manque de solutions de rechange gratuites qui pourraient aider à prévenir ces appels dès le départ, explique-t-elle.

Karen Guan affirme quant à elle qu’il est important pour les jeunes de son âge d’être en contact avec des personnes qui vivent des situations similaires aux leurs.

Avoir une discussion sans filtre et informelle fait du bien instantanément. Pour beaucoup de gens, avoir quelqu’un à qui s’identifier est une expérience transformatrice, dit-elle.

Peerify Calgary offrira un atelier en ligne gratuit sur la santé personnelle le 9 décembre.

Avec les informations de Pamela Fieber

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !