•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les filles montagnes : l'hommage aux victimes de Polytechnique de Viviane Audet

Les filles montagnes, un premier album instrumental pour Viviane Audet

Les filles montagnes, un premier album instrumental pour Viviane Audet

Photo : Stéphanie boulay

Viviane Audet signe son tout premier album solo de musique instrumentale avec Les filles montagnes, un opus inspiré de la tragédie de Polytechnique.

Le 6 décembre 1989, à l'École Polytechnique de Montréal, 14 jeunes filles étaient froidement assassinées, tout simplement parce qu'elles étaient des femmes. Trente et un ans plus tard, l'écho de cette tragédie résonne encore.

Après l'horreur et l'indignation est venu le besoin, la nécessité de ne pas oublier. Des livres, des films et des documentaires ont jusqu'à présent fait œuvre de mémoire. L'album Les filles montagnes de la musicienne Viviane Audet s'inscrit dans cette lignée.

Le documentaire

Cet album est d'abord né d'une collaboration. C'est Judith Plamondon qui m'a offert de composer la musique de son documentaire Polytechnique, ce qu'il reste du 6 décembre , se souvient Viviane Audet. C'était à l'été 2019. J'ai accepté parce que, bien sûr, le sujet me touchait beaucoup.

La compositrice et musicienne Viviane Audet.

Viviane Audet pour "Les femmes montagnes", son premier album instrumental.

Photo : Studio Luz portraits

La compositrice est consciente dès le départ de la charge émotive derrière un tel contrat. Afin de bien accompagner le travail, elle lit le dossier de recherche que la cinéaste utilise pour se préparer.

C'était le témoignage de ces gens-là, les survivants, de comment ils avaient vécu leurs 30 dernières années, raconte la compositrice. Ils replongeaient dans leurs souvenirs de cette soirée-là du 6 décembre. Leurs souvenirs étaient très graphiques, à un tel point que la lecture de ces témoignages est devenue pour moi plus puissante que les images du film.

Imprégnée de ces souvenirs et de la souffrance qu'ils contenaient, Viviane Audet s'est mise au piano, instrument qui lui semblait incontournable pour un tel projet.

Viviane Audet a tenté de rendre hommage aux victimes.

Confession : j'ai été émue, beaucoup. J'en ai fait des projets de documentaire et quand je fais du docu, souvent, je me sens prise émotivement. Mais sur ce projet-là, j'ai pleuré souvent, à la lecture des pré-entrevues mais aussi quand j'ai vu les images sur lesquelles je devais mettre de la musique.

Viviane Audet, compositrice

Les filles montagnes

Une fois la trame sonore du documentaire enregistrée, Viviane Audet a ressenti le besoin d'aller plus loin, de consacrer un album à la tragédie. Elle consulte les différentes parties impliquées, qui lui donnent leur bénédiction.

J'ai gardé les 11 pièces qui, pour moi, représentaient le mieux ce drame-là et aussi celles à travers lesquelles je pouvais mettre un peu de lumière, explique la jeune femme.

Pour moi, l'acte de composer, c'est vraiment un acte de grande intimité. J'étais évidemment très concentrée. C'était presque spirituel. C'est le mot que je ne voulais pas dire, mais c'était ça quand même.

Viviane Audet, compositrice

L'expérience de création sera profonde et l'enregistrement des pièces sera avivé par la nouvelle d'une deuxième grossesse.

Je me disais : qu'est-ce que je veux laisser ? Pourquoi je fais ça? Je veux qu'on puisse raconter encore cette histoire-là à nos enfants parce qu'il y a du progrès, mais c'est loin d'être gagné. Un drame comme celui-là pourrait encore arriver.

Ces réflexions, conjuguées au désir de rendre hommage aux étudiantes de Polytechnique décédées le 6 décembre 1989, ont fait de ce premier album instrumental signé par la jeune femme, un album sensible et touchant.

Les filles montagnes, un titre portant toute la grandeur et la force de ces femmes parties trop tôt.

Un disque magnifique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !