•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de rassemblement à Noël : « C’est une bonne décision », dit Donald Aubin

Donald Aubin

Le Dr Donald Aubin, directeur de la santé publique au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Photo : Radio-Canada

Le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, applauditla décision de retirer la permission de tenir deux rassemblements entre le 24 et le 27 décembre pour les régions en zone rouge, annoncée par le premier ministre François Legault jeudi.

Je trouve qu’il a pris une bonne décision, affirme Donald Aubin. C’était une décision qui, de mon point de vue, quand je regarde notre situation régionale, était inévitable.

Ça va nous permettre de pouvoir envisager quand même des Fêtes malgré tout, qui vont être différentes, on va s’en souvenir, mais qui vont être plus sécures que ce qu’on aurait vécu autrement.

Une citation de :Dr Donald Aubin, directeur de la santé publique au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Malgré une amélioration de la situation au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le directeur de la santé publique ne croit pas qu’il est possible d’envisager un passage en zone orange d’ici Noël, qui rendrait possibles les rassemblements de six personnes. Ça m’apparaît un gros projet de passer dans l’orange avant Noël. Il y a toujours un certain délai entre ce qu’on voit dans la communauté et ce qu’on voit dans les hospitalisations.

Jeudi, la santé publique a rapporté 63 nouvelles infections à la COVID-19, un nombre qui devrait être un peu plus élevé d’une vingtaine de cas, selon le Dr Aubin, qui explique qu’il y a eu un problème informatique dans la saisie de données en fin de journée, mercredi.

Par contre, plusieurs indicateurs comme la diminution du nombre de nouvelles infections et la baisse du nombre de cas actifs laissent entrevoir des jours moins sombres.

Le taux de positivité lorsqu’on fait des tests de laboratoire est vraiment à la baisse. On était à 12 %, on a baissé à 10 % et là on est à 5 %. Ça veut dire qu’il y a de moins en moins de monde qui sont porteur de la COVID dans la région. Ça veut vraiment dire que les gens font attention , souligne le directeur de la santé publique.

Pression sur le système hospitalier

La situation dans les hôpitaux demeure préoccupante pour les autorités de santé publique. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean dispose de 81 lits, dont 6 aux soins intensifs, pour traiter les patients atteints de la COVID-19.

Selon le dernier bilan, 73 lits, dont 5 de soins intensifs, étaient occupés. On a quand même un peu de marge, mais on est encore en réflexion pour réorganiser d’autres lits, en développer d'autres et réussir à répondre à la clientèle , précise Donald Aubin en reconnaissant qu’il faut faire du délestage dans tout le réseau pour parvenir à avoir suffisamment de lits pour les malades de la COVID-19 et de personnel pour les soigner. 

Ça demande énormément de gens. On demande beaucoup d’efforts à notre personnel. Il y a beaucoup de temps supplémentaire qui se fait, il y a beaucoup de gens qui travaillent très, très fort , admet le directeur de la santé publique. 

Actuellement ça tient, mais on est toujours à la recherche de personnel qu’on essaie de rapatrier de différents secteurs. C’est un exercice qui est important.

Une citation de :Dr Donald Aubin, directeur de la santé publique au Saguenay-Lac-Saint-Jean

De l’espace au pavillon des Augustines

Des travaux sont en cours pour mettre en place une unité de soins au pavillon des Augustines, près de l’hôpital de Chicoutimi. Le CIUSSS ne sait toutefois pas à quel moment cette unité pourra être ouverte en raison du manque de personnel. Ce qu’on veut faire, c’est de développer une unité pour recevoir des gens qui n’ont pas nécessairement des situations très lourdes, donc en mesure de répondre à des problèmes de base , explique le Dr Donald Aubin.

Cette unité vise aussi à augmenter l’espace disponible pour améliorer la distanciation entre les patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !