•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Offre universitaire : Sept-Îles et Baie-Comeau réclament le soutien de Québec

Le pavillon Alouette de l'UQAC, au cégep de Sept-Îles

Le pavillon universitaire Alouette de l'UQAC, au Cégep de Sept-Îles (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Les maires de Sept-Îles et de Baie-Comeau réclament un meilleur soutien financier de Québec pour assurer une offre universitaire de qualité sur la Côte-Nord.

Dans un point de presse conjoint jeudi après-midi, Réjean Porlier et Yves Montigny ont salué l'initiative de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), qui veulent travailler de pair pour bonifier les services universitaires sur la Côte-Nord.

Les maires des deux plus grandes villes de la Côte-Nord estiment tous les deux que la mise en commun des ressources des deux institutions permettra de mettre en place des services universitaires continus dans la région.

Les élus jugent que les fonds gouvernementaux alloués présentement sont à peine suffisants pour maintenir des services universitaires minimaux dans la région.

C'est très peu ce que la Côte-Nord reçoit en frais d'enveloppes présentement pour la formation universitaire. Alors il faut nécessairement qu'il y ait des enveloppes qui suivent. On a chacun, de part et d'autre, des services universitaires qui sont donnés, mais c'est minimal. On est zéro en mode développement. On a hâte de passer, comme partout ailleurs, en mode développement et on pense que ça, ça va même interférer sur notre enjeu démographique, espère Réjean Porlier.

Le maire de Sept-Îles Réjean Porlier devant une grande carte de la ville.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles (archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Selon le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, une plus grande offre universitaire est nécessaire pour la vitalité de la région.

Il n'y a pas de formations régulières. On est jamais certains qu'il y a assez d'élèves pour former un groupe donc la formation ne se donne pas. C'est l'œuf ou la poule comme disait mon collègue de Sept-Îles, regrette le maire.

Comme il n'y a pas une formation annoncée, [avec des cours] qu'on sait qui vont ouvrir, les élèves ne s'inscrivent pas. Ils vont étudier à l'extérieur. Et comme ils vont étudier à l'extérieur, bien ça fait qu'ils ne restent pas en région, déplore M. Montigny.

Le maire de Baie-Comeau sourit à la caméra.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny (archives)

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Les deux maires rapportent avoir fait pression sur la ministre de l'Enseignement supérieur et sur le ministre responsable de la Côte-Nord pour obtenir un plus grand appui financier dans ce dossier.

Avec les informations de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !