•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hospitalisé à 9 ans : la COVID frappe de plein fouet une famille de Thetford Mines

Une selfie d'une famille de 4, en hiver, dans une forêt

Alex, au centre, en compagnie de sa mère, son père et de sa jeune soeur

Photo : Bibiana Monzerrat Corral Gomez

Une maman de Thetford Mines a eu toute une frousse lorsque son fils a dû être hospitalisé durant six jours après avoir contracté la COVID-19. Il serait un des rares enfants du Québec à avoir subi les complications liées à la maladie de Kawasaki.

À la mi-octobre, les quatre membres de la famille Gomez ont dû être confinés durant 28 jours puisque le papa avait contracté la COVID-19. On a une petite maison, donc mon conjoint ne pouvait pas s’isoler de nous, d’où la demande la santé publique, explique Bibiana Monzerrat Corral Gomez.

Pendant ce temps, seul le papa a été officiellement infecté. Mme Corral, son fils, Alex qui a 9 ans, et sa fille de 8 ans ont reçu des résultats de test négatifs.

Les enfants sont retournés à l’école le 16 novembre, mais Alex est revenu avec un mal de ventre. Le lendemain aussi il avait mal. Il n’avait pas mangé à l’école, alors j’ai pensé qu’on devrait aller à l’urgence, raconte Mme Corral.

Elle pensait à une appendicite. À l’hôpital de Thetford Mines, Alex doit passer un test de dépistage où il apprend finalement qu’il a la COVID-19. Nous avons donc dû être transférés, le 18 novembre à Québec

Alex n'avait donc eu aucun symptôme apparent, sauf les maux de ventre. Le papa aussi était asymptomatique.

Un garçon, de dos, dans un lit d'hôpital

Alex, 9 ans, lorsqu'il était à l'hôpital

Photo : Bibiana Monzerrat Corral Gomez

Au CHUL de Québec, qui accueille des enfants atteints de la COVID, son état de santé était en montagnes russes. Il faisait beaucoup de fièvre. Il ne mangeait plus. Et c’est un enfant de 9 ans, il comprenait qu’il se passait quelque chose avec son corps, il avait peur, poursuit Bibiana Corral.

Organes vitaux touchés

Après des tests et des échographies, la maman apprend que les organes vitaux d’Alex sont enflammés. Ils m’ont dit que l’hypothèse de l’appendicite était écartée. Qu’il s’agit d’une réaction post-COVID, on m’a parlé possiblement de la maladie de Kawazaki.

Moi aussi j'étais très inquiète. Mais, je ne voulais pas le laisser paraître pour mon fils, je voulais lui montrer qu’il y a de l’espoir. Je ne souhaite ça à aucun parent.

Une citation de :Bibiana Corral

Le syndrome de Kawazaki a soulevé des soupçons au début de la pandémie, au Québec et ailleurs dans le monde. En mai 2020, une spécialiste des maladies infectieuses à Montréal indiquait que la COVID-19 pourrait être la cause de plus d'une dizaine de cas associés au syndrome de Kawasaki à l'hôpital Sainte-Justine.

En septembre 2020, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) écrivait que bien que la COVID-19 soit plus souvent bénigne chez les enfants, des cas similaires au syndrome de Kawasaki ont été rapportés.

En très bonne santé

Mme Corral souligne qu’Alex est un garçon en très bonne santé. Il sort dehors tout le temps, il est actif. On va juste chez le médecin pour les rendez-vous de suivi, illustre-t-elle, pour expliquer sa grande surprise.

La gravité du cas de son fils a fait beaucoup réfléchir Bibiana sur les effets de la COVID-19 chez les enfants. Mon fils, il n’était pas du tout vulnérable. On ne pensait pas à ça. On entend souvent que les enfants ne sont qu’un moyen de transport du virus, mais pas à risque, et maintenant, avec ce qui s’est passé, je ne sais pas comment réagir à ça.

Elle ajoute que ses enfants portaient le masque quand ils sortaient faire l’épicerie, par exemple. Puisqu’ils n’étaient pas forcés de le mettre à l’école, il arrivait qu’ils ne le portent pas. Je comprends que ce ne soit pas obligé, c’est difficile pour les enfants. Mais je comprends aussi que c’est une mesure supplémentaire à ne pas oublier, fait-elle valoir.

La Dre Thibeault en vidéoconférence, dans un bureau d'hôpital

L’infectiologue-pédiatre au centre mère-enfant du CHU de Québec, la Dre Roseline Thibeault

Photo :  Capture d’écran

Des cas très rares

L’infectiologue-pédiatre au centre mère-enfant du CHU de Québec, la Dre Roseline Thibeault, souligne que les cas d’hospitalisation liés à la COVID-19 dans son établissement sont très rares. On a aussi des données comme quoi plusieurs de ces enfants viennent pour d’autres raisons. Donc ensuite, avec le dépistage, on réalise qu’ils ont la COVID, mais ils ne venaient pas pour ça, mentionne-t-elle.

Selon le CHU de Québec, 18 enfants ont été hospitalisés relativement à la COVID-19. Ces enfants proviennent de la région ou de l'est de la province puisque le CHUL est l'hôpital dédié pour la COVID-19.

La Dre Thibeault ne peut pas commenter le cas précis du jeune Alex, pour des raisons de confidentialité. Elle confirme toutefois qu'il y a eu des enfants, sur les 18 hospitalisations COVID à Québec, qui ont présenté des symptômes qui s'apparentent à la maladie de Kawasaki.

Pour nous, ce qu’on a observé en effet, ce sont le syndrome inflammatoire multisystémique de l'enfant, comme le Kawasaki, qui survient après la COVID-19. C’est de l'inflammation avec de la fièvre, des ganglions, une atteinte aux muqueuses, des rougeurs cutanées, ça se présente comme ça.

La pédiatre précise que lorsque les enfants sont traités rapidement, ils répondent généralement bien aux traitements et qu’ils restent avec peu ou pas de séquelles.

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc et Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !