•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

L’étrange Noël de monsieur Trump

Alors que le pays bat de tristes records d’hospitalisations et de décès, la Maison-Blanche a entamé la dernière saison des fêtes de la présidence Trump, en contradiction avec les recommandations de la santé publique.

Des musiciens assis en costume.

Des musiciens portent des masques tout en jouant de leur instrument.

Photo : Reuters / KEVIN LAMARQUE

Ces jours-ci, dans la capitale américaine, deux réalités parallèles se côtoient.

La semaine dernière, le District de Columbia, qui abrite la ville de Washington, a enregistré 371 nouvelles infections par la COVID-19 en 24 heures. Un record depuis le début de la pandémie.

Pour tenter de limiter la propagation du virus, la mairesse Muriel Bowser a resserré les mesures sanitaires en place. À l’intérieur, les rassemblements de plus de dix personnes sont désormais interdits. Quant aux rassemblements extérieurs, la limite permise est réduite de moitié, passant de 50 à 25 personnes.

Qu’à cela ne tienne, la Maison-Blanche, qui occupe un territoire fédéral, a bien entamé sa saison des fêtes. Si certains événements, comme l’illumination de l’arbre de Noël, ont été modifiés en raison de la pandémie, des rassemblements sont toujours à l’horaire.

Le New York Times révélait cette semaine que des invitations ont été lancées pour une vingtaine de célébrations en décembre. Du personnel de campagne, des employés de la Maison-Blanche et des élus républicains y ont été conviés.

Le président Trump n’est d’ailleurs pas seul à célébrer la fin de l’année. Le Washington Post nous a appris que le secrétaire d'État Mike Pompeo prépare aussi des fêtes, pour lesquelles 900 invitations ont été envoyées.

Une porte-parole de la première dame Melania Trump assure qu’à la Maison-Blanche, le port du masque sera requis de la part des employés et conseillé aux convives. Les plats seront servis séparément dans des couverts protégés et les aires d'alimentation seront séparées par des plexiglas.

Une grue transporte deux couronnes de Noël.

Des travailleurs s'affairent à installer des couronnes de Noël à la Maison-Blanche.

Photo : Reuters / Carlos Barria

La mairesse de Washington doute néanmoins que cela protège les invités réunis à l’intérieur de la résidence présidentielle.

Malheureusement, l’histoire nous a montré que les gens peuvent tomber malades. Et ils ont été malades en visitant la Maison-Blanche, tant des visiteurs que des employés. Je m’inquiète pour eux, a-t-elle déclaré.

L’élue démocrate a évidemment en tête la cérémonie qui a été organisée en septembre pour la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour suprême.

Bien que le rôle exact joué par l’événement n'ait pas été déterminé, après leur présence à ce rassemblement, plusieurs élus républicains et collaborateurs du président ont été déclarés positifs.

Le président Trump a lui-même été hospitalisé une semaine plus tard.

Des mois après, les masques, qui sont portés par certains membres du personnel de la Maison-Blanche, demeurent peu populaires dans l’entourage du président.

Aussi récemment que jeudi, le président Trump a remis une médaille à l’ancien joueur et entraîneur de football Lou Holtz dans le bureau ovale, devant des invités qui n’ont pas cru bon de se couvrir le visage.

Une situation qui se détériore

Pendant que la Maison-Blanche entame ses célébrations, le pays traverse une crise sans précédent. Mercredi seulement, la COVID-19 a fait plus de 2800 morts aux États-Unis, un sommet quotidien depuis le début de la pandémie.

Face à une hausse des hospitalisations, la Californie, l’État le plus populeux du pays, s’attend à manquer de lits aux soins intensifs d’ici Noël.

Avec plus de 100 000 cas d’infection quotidiens déclarés pour 26 des 30 jours de novembre, les autorités font une recommandation claire aux Américains à l’approche des fêtes de fin de l’année :

La manière la plus sécuritaire de célébrer les fêtes est de rester à la maison avec son noyau familial.

Une citation de :Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC)

Bien sûr, il y a de l’espoir à l’horizon. Les autorités réglementaires devraient approuver les vaccins de Pfizer et Moderna au cours des prochaines semaines. Vingt millions d’Américains pourraient recevoir leurs doses d’ici la fin de l’année.

N’empêche, le directeur des CDC prévoit que les mois de décembre, janvier et février seront les plus difficiles de l’histoire de la santé publique du pays

Cette crise pourrait être aggravée par les effets des rassemblements de l'Action de grâce le mois dernier, mais aussi par les célébrations de Noël et du Nouvel An, comme celles organisées par la Maison-Blanche. Ces événements pourraient avoir des répercussions sur la propagation du virus dans la capitale.

Le titre de ce texte est évidemment une référence au fameux film produit par Tim Burton en 1993 L'étrange Noël de monsieur Jack. Ce que craignent les autorités de la région de Washington, c’est que la saison des fêtes de la Maison-Blanche ressemble plutôt au titre original du long métrage : The Nightmare Before Christmas, le cauchemar avant Noël.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !