•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau revers judiciaire de la campagne Trump devant la Cour suprême du Wisconsin

Des observateurs regardent sur un écran géant le document de certification d'une demande de vote postal lors de la vérification manuelle des votes à Milwaukee, au Wisconsin.

À la demande du camp Trump, le vote dans deux comtés ayant majoritairement appuyé Joe Biden a fait l'objet d'une vérification manuelle le mois dernier.

Photo : Associated Press / Nam Y. Huh

Le plus haut tribunal du Wisconsin, un des États clés remportés par le démocrate Joe Biden, a rejeté, jeudi, la requête de l'équipe de campagne de Donald Trump, qui réclamait un processus judiciaire accéléré.

Invoquant l'urgence de la situation dictée par l'échéancier électoral, les avocats du président défait voulaient que la cour entende son recours avant même que les tribunaux inférieurs n'aient statué sur leur demande.

Dans chaque État, les grands électeurs doivent voter le 14 décembre.

Alléguant des irrégularités dans le traitement des votes postaux, ils veulent que le Wisconsin disqualifie quelque 221 000 bulletins de vote dans les deux comtés de l'État qui ont procuré à Joe Biden ses plus grandes majorités, soit ceux de Milwaukee, qui inclut la plus grande ville de l'État, et de Dane, qui englobe la capitale, Madison.

À quatre juges contre trois, le tribunal à majorité conservatrice a statué que leur recours devait suivre la procédure habituelle prescrite par la loi de l'État, un des juges conservateurs se rangeant dans le camp de ses collègues progressistes. Suivre la loi n'est pas manquer à notre devoir, comme le suggèrent certains de mes collègues. C'est suivre la loi, a-t-il souligné.

Les juges dissidents ont pour leur part estimé que la décision de la cour laisserait une tache indélébile sur le résultat de l'élection et minerait la confiance des électeurs envers le système électoral.

L'Associated Press a cherché à vérifier, sans succès, auprès des avocats de la campagne Trump s'ils comptaient se tourner vers les tribunaux inférieurs. Mercredi, ils ont cependant déposé une requête similaire en cour fédérale.

L'avocate Lindsey Powell, désavouée par le camp Trump après avoir été présentée comme l'une des membres de l'équipe juridique du président, a elle aussi intenté un recours semblable devant les tribunaux fédéraux.

Il y a quelques jours, le recomptage manuel des bulletins de vote dans les deux comtés en question, réclamé par le camp Trump, a confirmé la victoire de Joe Biden dans l'État, qu'il a remporté par quelque 20 700 voix.

Le Wisconsin, qui dispose de 10 grands électeurs, a certifié les résultats électoraux.

À l'issue du nouveau dépouillement, qui lui a conféré un peu moins de 90 votes supplémentaires, le président désigné a remporté le comté de Dane avec 75 % des voix et un écart supérieur à 181 000 voix, et celui de Milwaukee avec 69,1 % des suffrages, et une marge victorieuse de plus de 183 000 voix.

Autre défaite judiciaire des républicains en Pennsylvanie

Quelqu'un insère des documents, dont un autocollant disant «J'ai voté», dans une enveloppe.

Les électeurs de la Pennsylvanie n'avaient pas besoin d'une raison précise pour voter par la poste.

Photo : Associated Press / Glen Stubbe

La décision rendue au Wisconsin n'est pas le seul revers judiciaire infligé au camp républicain pendant la journée.

Pour la deuxième fois en moins d'une semaine, la Cour suprême de la Pennsylvanie a, à l'unanimité, débouté des alliés du président, dont le représentant fédéral Mike Kelly, qui réclamaient un sursis par rapport à la décision déjà rendue par le même tribunal, rapporte le Pittsburgh Post-Gazette.

Samedi dernier, le tribunal a estimé qu'ils avaient attendu trop longtemps pour contester la loi électorale autorisant le vote postal, adoptée en 2019 par une Assemblée législative où les deux chambres sont pourtant à majorité républicaine.

Les plaignants espéraient obtenir un délai en attendant que la Cour suprême des États-Unis examine la demande d'appel qu'ils ont déposée mardi. Après leur défaite, ils ont déposé un recours en urgence devant le plus haut tribunal du pays pour lui demander de bloquer la certification des résultats électoraux de l'État.

Contestant la constitutionnalité du vote postal en Pennsylvanie, ils cherchent à faire invalider plus de 2,5 millions de votes postaux dûment enregistrés et à bloquer le processus de certification.

Le gouverneur Tom Wolf a pourtant déjà certifié les résultats de l'État, dont les 20 grands électeurs sont allés à Joe Biden. Ironiquement, le processus a ainsi confirmé la réélection du représentant Kelly, qui conteste malgré tout les résultats électoraux.

La semaine dernière, une cour d'appel de l'État a refusé de bloquer la certification de la victoire de JoeBiden.

Le président et ses alliés ont encaissé jusqu'ici au moins une trentaine de revers devant les tribunaux, de la Pennsylvanie à la Georgie, en passant par l'Arizona.

Refusant de concéder la victoire, Donald Trump a brandi sans preuve crédible le spectre de fraudes électorales massives dans plusieurs États clés, allant de votes enregistrés au nom de personnes décédées à la suppression de voix par un logiciel de vote, en passant par le comptage de votes invalides.

Sur la place publique, ses avocats ont multiplié les allégations conspirationnistes et ont agité le spectre d'un vaste stratagème impliquant Joe Biden, les démocrates, les villes démocrates corrompues, la Chine, Cuba, le Venezuela – ils ont même évoqué feu Hugo Chavez –, les antifas, le financier milliardaire américain de religion juive George Soros, la Fondation Clinton et l'entreprise Dominion Voting Systems, dont le logiciel de vote électronique a été utilisé dans certains États.

Avec les informations de Associated Press, Washington Post, et Pittsburgh Post-Gazette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !