•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget adopté avec la dissidence de l'opposition officielle à Québec

Régis Labeaume

Régis Labeaume

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

La séance extraordinaire du conseil municipal jeudi pour l'adoption du budget et du plan d'investissements quinquennal (PIQ) s'est déroulée dans une ambiance acrimonieuse et sans l'appui de Québec 21.

Si le gel des taxes a fait l'unanimité parmi les conseillers du maire et de l'opposition, elle aura été de courte durée.

C'est la bonne nouvelle du budget, a dit le chef de Québec 21. Jean-François Gosselin estime toutefois que cette mesure devrait être prolongée. Son parti s'est engagé à la maintenir pour les deux années suivantes.

L'opposition officielle n'a pas donné son appui ni au budget ni au plan d'investissements qui prévoit des dépenses de près de 6 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.

2B8979EF-74E9-44A9-BC8B-3CD6D3A2FBBF

Jean-François Gosselin, chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Près de la moitié de cette somme sera consacrée au projet de réseau structurant.

Le tramway ce n'est même plus un projet de transport en commun. C'est un projet immobilier pour plaire aux promoteurs immobiliers.

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

L'opposition officielle croit que l'administration Labeaume aurait dû présenter un budget plus prudent en raison de la pandémie de COVID-19. Le chef reproche au maire d'avoir trop de projets ambitieux. On ouvre les valves et on dépense comme s'il n'y avait pas de lendemain, a expliqué Jean-François Gosselin.

Il rappelle que le maire n'a pas respecté le rythme du remboursement de la dette.

Pour et contre

Le chef de Démocratie est plus nuancé. Il a voté en faveur du budget, mais contre le PIQ.

Jean Rousseau affirme que la Ville jouit d'une plus grande marge de manoeuvre pour son budget grâce à l'aide gouvernementale. L'administration Labeaume a pu compter sur un montant de 42,5 millions de dollars pour présenter un budget équilibré l'an prochain.

J'aurais souhaité voir des mesures plus ciblées pour les hôteliers et les restaurateurs qui l'ont dur. Plusieurs vont faire faillite a-t-il souligné.

Jean Rousseau

Jean Rousseau

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Même s'il approuve le projet de tramway, le conseiller du district du Cap-aux-Diamants n'est pas en accord avec l'ensemble du plan d'investissements. Il s'inquiète des coûts pour la nouvelle centrale de police, des ratées du nouveau système de radiocommunication des services d'urgences (SERAQ) et l'absence de réponses sur les frais d'exploitation du futur centre de glace.

Le problème, c'est que ce n'est pas un buffet chinois. Je ne peux pas choisir ce que j'aime ou que je n'aime pas.

Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec

Ce n'est pas vrai que Démocratie Québec est le champion du transport en commun, a répliqué le maire de Québec, visiblement agacé par cette position.

Transparence

L'étude du budget 2021 aura duré 35 heures. À plusieurs reprises durant l'exercice, l'opposition officielle a dénoncé l'absence de réponses claires et le manque de temps de préparation pour poser des questions.

Le conseiller de Québec 21, Stevens Mélançon, est déçu de l'exercice qui se termine. C'est la seule fois ou presque de l'année où nous pouvons poser nos questions aux directions de la Ville, s'est-il insurgé. On a ri des élus.

Son collègue, Jean Rousseau, croit pour sa part que l'exercice a ses limites. Les élus de l'opposition peuvent poser toutes les questions qu'ils veulent, mais ils ont peu d'impact sur le résultat. On est exclu de la discussion, se désole-t-il.

Il souhaiterait que les conseillers, peu importe leur allégeance, puissent participer dès les premiers mois de l'année à l'élaboration du budget, comme cela se fait à Montréal.

Maintenir le cap

Le maire de Québec fait fi des critiques. Il maintient que le budget et le PIQ témoignent de la grande santé financière de la Ville de Québec grâce au cadre financier mis en place il y a 10 ans.

Il répète que malgré des investissements records, la dette continue de baisser. L'avenir financier de la Ville est florissant, a-t-il martelé.

Les élus se sont également prononcés sur le budget et le plan d'investissements du Réseau de transport de la capitale. Ils ont été adoptés à la majorité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !