•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une partie du Bas-Saint-Laurent seulement en rouge? Les options étudiées par le CISSS

Une vue d'ensemble de l'un des quartiers de Rivière-du-Loup.

Certaines MRC du Bas-Saint-Laurent, dont celle de Rivière-du-Loup, pourraient demeurer en zone orange (archives).

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Radio-Canada

Avec l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 au Bas-Saint-Laurent, certaines MRC moins touchées par le coronavirus pourraient demeurer en zone orange advenant un passage de la région en rouge.

C’est du moins ce que laisse entendre la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet et le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé.

La mairesse de Rivière-du-Loup affirme que l’idée a été évoquée en début de semaine, lors d’une rencontre avec la santé publique.

Nous étions tous les maires du Bas-Saint-Laurent à une conférence téléphonique et nous avons posé la question [à la santé publique], rapporte Mme Vignet.

Quand la santé publique prend une décision comme ça, elle se penche sur plusieurs éléments. Nous, on a déjà fait la demande pour rester en zone orange.

Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

Bien qu’il confirme que des MRC du KRTB pourraient rester en zone orange, le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, souhaiterait que la région bas-laurentienne n’arbore qu’une seule couleur en ce qui a trait aux paliers d’alertes.

Il est toutefois d’avis qu’un passage en zone rouge pour l’ensemble du Bas-Saint-Laurent serait catastrophique.

Idéalement, qu’une région soit d’une seule et même couleur, c’est sûr que c’est mieux. Mais on laisse à la santé publique le soin de faire ses recommandations au national, mentionne-t-il.

Mais on se rend compte que le virus est particulièrement vicieux à l’est du territoire du Bas-Saint-Laurent, soit dans Rimouski-Neigette et dans la Matanie, avoue le préfet.

De son côté, la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud, affirme qu’aucun scénario n’est exclu à ce moment-ci et que toutes les options sont sur la table.

Inquiétude à la Chambre de commerce

Le directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, affirme que certains de ses membres ont la certitude que le passage en zone rouge est devenu inévitable avec la multiplication des nouveaux cas de COVID-19 dans la région.

Jonathan Laterreur estime qu’une telle situation surviendrait au plus mauvais moment puisque la période avant les Fêtes est cruciale en termes de vente pour les commerçants et les restaurateurs.

Ils ressentent physiquement le stress de cette situation. C’est une nouvelle vraiment, vraiment difficile.

Jonathan Laterreur

Jonathan Laterreur note toutefois que le faible achalandage force certains restaurateurs à souhaiter un tel passage en zone rouge puisqu’ils auraient enfin droit à une aide d’urgence de la part du gouvernement.

En zone jaune ou orange, les restaurateurs n’ont accès à aucune aide.

Mais il n’en demeure pas moins que le gouvernement demande aux gens de limiter leurs déplacements et de ne pas sortir donc ce n’est pas la meilleure des publicités pour les restaurateurs, déplore le directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie.

D’après les informations de Jérôme Lévesque-Boucher et de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !