•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Club canadien de Toronto développera le Réseau économique francophone

Le logo du Club canadien de Toronto.

Le Club canadien de Toronto a remporté l'appel d'offres du gouvernement lancé en septembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Aminata Yade

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien a annoncé jeudi dans un communiqué que le Club canadien de Toronto avait été choisi pour créer le Réseau économique francophone.

L’organisme sera responsable de la création d'une plateforme en ligne visant à aider les entrepreneurs à l'échelle de la province à partager leur expertise et leurs meilleures pratiques et à former de nouveaux partenariats stratégiques, selon le communiqué.

Une somme de 250 000 $ sera allouée par le gouvernement ontarien à cet effet. Cet investissement fait partie du demi-million de dollars pour faire la promotion des entreprises francophones, annoncé en septembre dernier par les progressistes-conservateurs.

L'appel d’offres a été remporté par le Club canadien en raison de ses alliances stratégiques et de ses efforts de collaboration avec plusieurs acteurs clés de la communauté d'affaires franco-ontarienne, selon le ministère des Affaires francophones de l’Ontario.

La ministre Caroline Mulroney, en conférence de presse.

La ministre des Affaires francophones de l'Ontario, Caroline Mulroney

Photo : Radio-Canada

L'initiative doit répondre aux besoins identifiés par le Comité consultatif mis sur pied par le ministère de Caroline Mulroney pour soutenir les entreprises francophones face à la crise de COVID-19.

Le Réseau économique francophone jouera un rôle central dans la mise en relation des entreprises et des entrepreneurs francophones ainsi que dans le renforcement des liens au sein de la communauté d'affaires francophone.

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones de l'Ontario

Une Fédération des organismes francophones

Le nom de Réseau économique francophone est le nom générique que le gouvernement avait inscrit dans son appel d'offre. En entrevue à Radio-Canada, le directeur général du Club canadien de Toronto précise que ce réseau prendra la forme d'une organisation à but non lucratif et s'appellera Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario (FGA).

Dix organismes ont soutenu la proposition du Club canadien et seront les membres fondateurs de la FGA :

  • la Chambre de commerce de Clarence-Rockland
  • la Chambre de commerce de Hawkesbury
  • la Chambre de commerce de Prescott-Russell,
  • la Chambre de commerce du Grand Sudbury
  • la Chambre de commerce de Timmins
  • le Club canadien de Toronto
  • Entreprise Niagara/Ventures Niagara
  • le Regroupement Affaires Femmes (RAF)
  • le Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale (RGA)
  • la Société Économique de l’Ontario (SÉO)

Il y aura trois types de membres, précise Richard Kempler : les membres associatifs comme les chambres de commerce ou les regroupements de gens d'affaires comme la Société économique de l'Ontario, des grosses entreprises et enfin des individuels, entrepreneurs et petites entreprises.

On fait front commun mais on ne met pas tout le monde sous le même chapeau, ajoute Richard Kempler. Chacun garde ses spécificité, ses attributs, ses programmes et ses forces.

Qu'est-ce qui sera nouveau? La base de données, répond le directeur général du Club canadien. On va pouvoir avoir un profil qui n'a jamais existé de la francophonie, soutient-il.

Il n'existe aucun recensement des entreprises franco-ontariennes. Déjà là, on va pouvoir se compter et savoir qui nous sommes. Quelle est la taille des entreprises, quels sont les secteurs d'activité, quels sont les produits et services les plus demandés.

Richard Kempler, directeur général du Club canadien de Toronto

M. Kempler ajoute que le site internet de la FGA de même que ses services seront bilingues afin de permettre aux membres et partenaires d'attaquer de façon optimale le marché nord-américain.

Ce réseau vient à son heure, a réagi le président de l'Assemblée francophone de l'Ontario (AFO). Par voie de communiqué, Carol Jolin a salué l'initiative qui, selon lui, aura à coup sûr des répercussions positives pour les entreprises et entrepreneurs francophones de l'Ontario et pour la province.

Le Club canadien de Toronto existe depuis 1986 et organise régulièrement des conférences et événements de réseautage pour la communauté francophone de la Ville Reine.

Le lancement du Réseau économique francophone est prévu pour le 31 mars 2021 au plus tard, note le communiqué du gouvernement. Le directeur général du Club canadien de Toronto précise que la structure de la FGA sera opérationnelle au 1er janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !