•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restructuration sur fond d'abolition de postes à Radio Canada International

La tour de Radio-Canada émerge derrière les arbres de la rue Panet.

La tour de Radio-Canada au centre-ville de Montréal

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Le diffuseur public souhaite transformer son service international. Dans une annonce jeudi matin, Radio-Canada indique que ce service, RCI (Nouvelle fenêtre), proposera maintenant des contenus en sept langues, plutôt que cinq, et que ses contenus seront plus intégrés aux deux plateformes d'information traditionnelles, soit Radio-Canada.ca et CBCNews.ca. Plusieurs postes permanents seront éliminés dans le cadre de cette réforme.

Les contenus en pendjabi et en tagalog viennent ainsi s'ajouter à ceux produits en français, en anglais, en espagnol, en arabe et en chinois, et qui sont autant destinés aux habitants de l'étranger qu'aux nouveaux arrivants au pays.

RCI sera aussi accessible à partir des applications mobiles de Radio-Canada Info et CBC News. Les cinq applications qui existaient déjà pour RCI, soit une par langue, seront supprimées.

À partir d'avril prochain, date de lancement des nouvelles activités de RCI, ce service s'articulera autour de trois axes, soit la traduction et l'adaptation d'articles provenant des portails d'information en français et en anglais, la production d'un balado hebdomadaire dans chacune des langues, ainsi que la production de reportages sur le terrain en chinois, en arabe et en pendjabi.

Disparition de 16 postes

Cette transformation de RCI entraîne la disparition de 16 postes à la Maison de Radio-Canada, à Montréal.

Il s'agit de 10 postes permanents, de 3 postes contractuels non renouvelés et de 3 départs à la retraite qui ne sont pas remplacés, a indiqué dans un courriel Marc Pichette, premier directeur à la promotion et aux relations publiques de Radio-Canada.

Au total, RCI comptera neuf employés dès avril 2021, soit cinq journalistes (pour les langues arabe, chinoise et espagnole), ainsi que deux reporters occupant de nouveaux postes pour les sections en pendjabi et en tagalog.

Il y a également création de trois postes de reporters de terrain pour les sections en chinois, en arabe et en pendjabi.

L'équipe sera aussi chapeautée par un rédacteur en chef, précise M. Pichette.

Ça relève quasiment du saccage!

Du côté du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Radio-Canada (STTRC), on s'insurge contre cette nouvelle réduction des effectifs chez RCI.

Ça relève quasiment du saccage! On a déjà eu 200 personnes qui travaillaient à RCI, se souvient ainsi Pierre Tousignant, président du SCRC. Et là, il reste combien de personnes?

Ce dernier se dit habité par un mélange de tristesse et de colère.

Je trouve que sous couvert de vouloir assurer la pérennité de RCI et de dire qu'on veut le rendre pertinent, on ampute littéralement la fonction internationale de RCI. Je pensais que RCI était pertinent, point à la ligne.

M. Tousignant juge toutefois qu'il existe un espace pour que le syndicat intervienne dans ce dossier, notamment pour accompagner les gens, qui sont souvent à Radio-Canada depuis bien longtemps et qui se retrouveront sans emploi en avril prochain.

Dans une réaction transmise par voie de communiqué, le STTRC réclame l'annulation des suppressions de postes annoncées et que RCI obtienne les ressources humaines et techniques nécessaires pour réaliser pleinement son mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !