•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyages Canada-États-Unis : deux poids, deux mesures?

Des voyageurs trouvent injuste que les règles ne soient pas les mêmes des deux côtés de la frontière.

Les drapeaux canadien et américain flottent devant le pont Ambassador, qui permet d'aller de Windsor, en Ontario, à Détroit, dans le Michigan.

Les Américains qui possèdent une propriété au Canada ne parviennent pas à trouver de moyen de contourner les restrictions de voyage du gouvernement fédéral.

Photo : La Presse canadienne / Rob Gurdebeke

Radio-Canada

Des Américains ayant une propriété au Canada ne peuvent pas y accéder en raison des règles fédérales en vigueur à la frontière. Pendant ce temps, des Canadiens voyagent aux États-Unis comme bon leur semble. Une situation qui ne semble pas raisonnable, disent certains.

Le caractère injuste de cette situation me dérange vraiment, déplore Kim Zavesky, qui tente désespérément de rentrer chez elle à Golden, en Colombie-Britannique.

Après avoir pris sa retraite l'année dernière, elle a vendu sa maison à Chandler, en Arizona, et a déménagé ses biens dans une propriété située à Golden.

Elle comptait louer un logement aux États-Unis pour la première partie de l'année et passer le reste de l'année en Colombie-Britannique.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Toutefois, depuis mars, lorsque la frontière canado-américaine a été fermée aux voyages jugés non essentiels, l'Américaine n’a aucun droit d'accès à sa propriété canadienne.

Toutes mes affaires sont là, tous mes papiers, sauf mon passeport, raconte Mme Zavesky. C'est comme ne pas pouvoir rentrer à la maison.

Je paie des impôts fonciers [au Canada], rappelle-t-elle.

À sa frustration s'ajoute le fait que, malgré la fermeture de la frontière, les Canadiens peuvent toujours se rendre aux États-Unis pour des voyages d'agrément.

Quelles que soient les règles, je crois qu’elles devraient être les mêmes pour tous.

Kim Zavesky
Claudine Durand et son conjoint devant des palmiers.

Claudine Durand et son conjoint vont passer des mois en Floride, malgré la pandémie et malgré les avis qui le déconseillent.

Photo : Offerte par Claudine Durand

Des « snowbirds » en Floride

Malgré la flambée du nombre de cas de COVID-19 aux États-Unis, un grand nombre de Canadiens sont déterminés à s'y rendre pour échapper à l'hiver canadien, et ce, malgré toutes les recommandations de ne pas voyager en temps de pandémie.

Pas question que nous restions ici, lance Claudine Durand, de Lachine, au Québec.

Son mari et elle font appel à une compagnie qui transportera leur véhicule récréatif du Québec à New York. Mme Durand assure qu’elle prendra les précautions de sécurité contre la COVID-19 une fois installée en Floride.

Deux pays, deux règles

Le 18 mars dernier, le Canada et les États-Unis se sont entendus pour fermer leur frontière commune aux voyages non essentiels.

Or, il s’agit de deux pays souverains qui élaborent leurs propres politiques, rappelle le politologue Don Abelson, professeur à l'Université Saint Francis Xavier, à Antigonish, en Nouvelle-Écosse.

Le Canada interdit aux Américains d'entrer pour des déplacements non essentiels par tous les modes de transport. Les États-Unis permettent quant à eux aux voyageurs canadiens d’entrer au pays par avion, quel que soit le motif de leur voyage.

Justin Trudeau de profil, au micro.

« La situation de la COVID-19 aux États-Unis continue d'être extrêmement grave », a dit Justin Trudeau mardi. La frontière demeure fermée jusqu'au 21 décembre, mais la mesure pourrait être prolongée.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Exemptions familiales

Le Canada et les États-Unis ont aussi des règles différentes en ce qui concerne les exemptions pour les membres de la famille.

Le gouvernement canadien a assoupli ses restrictions de voyage en juin pour permettre aux Américains ayant de la famille immédiate au Canada d'entrer au pays.

En octobre, le gouvernement a encore élargi les exemptions pour inclure, notamment, les couples qui sont ensemble depuis au moins un an.

À l'inverse, les États-Unis n'offrent aucune exemption aux Canadiens qui voudraient entrer au pays par voie terrestre pour rendre visite à leur famille, à moins qu'ils ne s'occupent d'un parent malade.

Len Saunders, un avocat américain spécialisé en immigration, croit que les États-Unis n'ont pas pris la peine d'assouplir les restrictions, car les membres d'une famille séparée peuvent toujours prendre l'avion.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Voyages déconseillés

Le gouvernement fédéral déconseille aux Canadiens de faire des voyages non essentiels à l'étranger pendant la pandémie. Ceux qui le font doivent se mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur retour au Canada.

La frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis restera fermée jusqu'au 21 décembre.

Le premier ministre Justin Trudeau a laissé entendre mardi que la date pourrait être prolongée. La situation aux États-Unis continue d'être extrêmement grave.

Avec les informations de Sophia Harris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !