•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les idées suicidaires en hausse durant la deuxième vague, signale un sondage

Une femme seule sur un lit, devant une fenêtre.

Un Canadien sur dix a eu des idées noires depuis le début de la deuxième vague de la pandémie, selon le sondage.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Les idées noires se font envahissantes en cette deuxième vague de COVID-19, signale l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM).

Un Canadien sur dix (10 %) a eu des pensées suicidaires cet automne, selon des données recueillies en collaboration avec une équipe de recherche de l'Université de la Colombie-Britannique.

Au printemps, ce taux s'élevait à 6 % de la population canadienne, comparativement à 2,5 % avant l'avènement de la pandémie.

La prévalence de pensées suicidaires est d'autant plus inquiétante dans certains groupes stigmatisés, comme la communauté LGBTQ2+ (28 %, les personnes qui avaient déjà des problèmes de santé mentale ou une maladie mentale (27 %), les personnes handicapées (24 %), les adultes de 25 à 34 ans (21 %) et de 18 à 24 ans (19 %) et les personnes autochtones (20 %).

Les jeunes adultes sont ainsi particulièrement affectés, soit deux fois plus que le reste de la population, s'alarme-t-on.

Ces chiffres dévoilés jeudi proviennent d'un deuxième de trois sondages menés par Maru/Matchbox du 14 au 21 septembre, cette fois auprès d'un échantillon de 3027 adultes établis au Canada.

Les questions de l'enquête s'appuient notamment sur les travaux de la Mental Health Foundation, au Royaume-Uni, précise l'ACSM.

Découragement des Fêtes

Margaret Eaton, cheffe de la direction nationale de cette association du milieu communautaire, relève un certain découragement de la population à l'aube de la saison froide, qui ne pourra pas être égayée par les rassemblements des Fêtes comme auparavant.

Pas moins de 17 % des répondants ont par ailleurs dit avoir augmenté leur consommation de substances pour composer avec la crise.

Par ailleurs, 40 % des répondants ont observé une détérioration de leur santé mentale depuis le mois de mars. Cette proportion est de 44 % chez les Ontariens, de 32 % chez les Québécois et de 26 % chez les résidents des provinces de l'Atlantique.

Près de la moitié des femmes (45 %) et un tiers des hommes (34 %) ont constaté une dégradation de leur santé mentale, mentionne encore l'étude.

Vous pensez au suicide? Téléphonez au 1-833-456-4566 (au Québec : 1-866-277-3553) ou visitez crisisservicescanada.ca/fr (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !