•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta prévoit la création d’hôpitaux de campagne, selon un document interne

Des lits d'hôpitaux alignés dans un corridor.

Le nombre d'hospitalisations d'Albertains atteints de la COVID-19 est en hausse en Alberta.

Photo : getty images/istockphoto / beerkoff

Radio-Canada

Un document interne du gouvernement albertain obtenu par CBC/Radio-Canada révèle que l’Alberta prévoit depuis plus d’une semaine la mise sur pied d’hôpitaux de campagne intérieurs capables d’accueillir 750 personnes atteintes de la COVID-19.

Le document de Services de santé Alberta (AHS) daté du 28 novembre décrit un plan provisoire qui permettrait l’ajout de 375 lits à Calgary et à Edmonton pour les personnes souffrant de symptômes légers à modérés. Les personnes ayant besoin de soins intensifs resteraient dans les hôpitaux.

Selon le document, les autorités médicales se sont rencontrées le 23 novembre afin de discuter du plan.

Elles ont ensuite visité des installations sportives de l’Université de l’Alberta, à Edmonton, et de l’Université de Calgary le 24 novembre, soit le jour où le premier ministre albertain, Jason Kenney, a imposé de nouvelles restrictions afin d'éviter une surcharge du système de santé de la province.

Je crois que cela montre que, dès le 23 novembre, le gouvernement provincial savait ce que plusieurs d’entre nous savaient : que nous nous dirigions vers un désastre, affirme Noel Gibney, un médecin en soins intensifs d’Edmonton qui a critiqué publiquement la gestion de la pandémie du gouvernement albertain.

C’est un peu comme quelqu’un qui se dirige vers une falaise en auto et qui appelle le 911 pendant qu’il est en train de tomber au lieu de freiner, ajoute-t-il.

Une planification responsable

Deux sources fédérales ont révélé cette semaine que l'Alberta avait demandé au gouvernement fédéral et à la Croix-Rouge s'ils pourraient fournir des hôpitaux de campagne pour éviter que les hôpitaux de la province ne soient débordés par l'afflux des personnes atteintes de la COVID-19.

Lors d’une conférence de presse mercredi, Jason Kenney a affirmé que la demande d’aide ne signifie pas que l’Alberta a échoué dans sa gestion de la pandémie.

Je crois qu’il s’agit d’une planification responsable de notre part en vue d’un scénario extrême potentiel.

Jason Kenney, premier ministre albertain

Il ajoute que la province s’attend à une augmentation des hospitalisations et veut par conséquent augmenter le nombre de lits d’hôpitaux disponibles pour recevoir les patients.

Nous sommes encore loin de devoir y avoir recours, ajoute-t-il.

Trois lieux envisagés

Selon le document du ministère de la Santé, la province a sélectionné trois lieux potentiels pour l’installation des hôpitaux de campagne :

  • L'Olympic Oval de l’Université de Calgary
  • Le Butterdome de l’Université de l’Alberta, à Edmonton
  • Le Saville Community Sports Centre, à Edmonton

Le document mentionne que ces endroits ont été choisis pour leur très grande capacité d’accueil.

Sur les réseaux sociaux mercredi soir, Services de santé Alberta (AHS) a affirmé qu’elle n'envisageait pas d'ouvrir de nouveaux lits.

Il est vital que nous ayons les accords nécessaires en place avec nos partenaires extérieurs, au cas où nous en ayons besoin, soutient l’agence.

Tout au long de notre gestion de la pandémie de COVID-19, nous avons planifié de manière proactive tous les scénarios et nous sommes assurés d’avoir accès à toutes les ressources disponibles à l’intérieur et à l’extérieur de l'organisation, ajoute AHS.

Aide militaire

Le document obtenu par CBC/Radio-Canada révèle également que le gouvernement provincial envisage de demander l’aide des Forces armées canadiennes afin d’aider le personnel des hôpitaux de campagne.

Le document ajoute que le principal besoin sera de trouver le personnel nécessaire afin de faire fonctionner ces hôpitaux.

Les hôpitaux de campagne auraient des unités de 48 à 52 lits et nécessiteraient environ 55 employés par unité, selon le document.

Nous explorons d’autres options en ce qui concerne le personnel (notamment l'intervention de personnel militaire), affirme le document.

Le Dr Gibney croit que le gouvernement n’a pas informé les Albertains du risque encouru par la province.

D’un côté, la province se prépare à faire face à un désastre et, de l’autre, elle nous dit que tout va bien, dit-il.

Avec les informations de Jennie Russel et Charles Rusnell

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !