•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccin contre la COVID-19 : priorité aux Premières Nations, selon un groupe autochtone

Un scientifique travaillant dans un laboratoire.

Selon l'organisme, les communautés autochtones du Canada sont plus vulnérables et devraient jouir d'un accès plus rapide au vaccin lorsqu'il sera accessible. (archives)

Photo : Reuters / Anton Vaganov

Radio-Canada

Les Premières Nations devraient être sur la « liste prioritaire » en ce qui concerne le vaccin contre la COVID-19 lorsqu’il sera disponible au pays, dit la Fédération des nations souveraines autochtones de la Saskatchewan (FSIN), l’organisme regroupant des communautés autochtones de la province.

L’organisme souligne que les personnes issues des communautés des Premières Nations peuvent avoir un nombre plus important de membres vulnérables et devraient, par conséquent, figurer dans les objectifs prioritaires des autorités sanitaires des provinces.

Le vice-chef de la FSIN, David Pratt, précise que les membres des Premières Nations souffrent dans une proportion plus importante de maladies dégénératives, ce qui en fait une population vulnérable.

Les membres des communautés ont des taux plus élevés de diabète, de maladies cardiaques, d'asthme et d'autres problèmes de santé, ce qui les expose à un risque plus élevé de complications graves, voire mortelles, s'ils contractent la COVID-19, indique David Pratt.

Le chef de la Fédération des nations souveraines autochtones de la Saskatchewan, Bobby Cameron.

Le chef de la Fédération des nations souveraines autochtones de la Saskatchewan, Bobby Cameron, dit que les communautés des Premières Nations doivent être considérées comme prioritaires par le gouvernement pour obtenir le vaccin. (archives)

Photo : Radio-Canada

Le chef de l’organisme, Bobby Cameron croit également que les Premières Nations devraient figurer parmi les populations ciblées par le gouvernement fédéral.

Les membres des Premières Nations s'attendent à ce que le vaccin contre la COVID-19 soit facilement disponible pour les communautés, une fois que le vaccin sera produit, dit Bobby Cameron.

Il déplore par ailleurs que les Premières Nations ne soient pas incluses dans les discussions avec les provinces visant à mettre au point la stratégie de vaccination.

Nous devons collaborer avec les deux niveaux de gouvernement sur la priorisation, l'exécution et la distribution de ce vaccin, ajoute Bobby Cameron. Nous avons un court laps de temps pour obtenir ce vaccin et le rendre accessible. Nous devons agir maintenant.

La FSIN représente 74 communautés issues des Premières Nations de la Saskatchewan.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !