•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse marquée des morts par surdose à Regina

Une seringue abandonnée dans une rue de Vancouver.

Selon le chef du Service de police de Regina, Evan Bray, un centre d’injection supervisée pourrait faire partie de la solution au problème. (archives)

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Radio-Canada

La crise des opioïdes qui sévit en Saskatchewan a coûté la vie à des centaines de personnes dans la province cette année, et Regina voit une importante augmentation des morts par surdoses, précise le chef de police de la ville.

Il n'y a aucun doute à ce sujet, nous voyons ce problème, c'est répandu dans toute la province, dit le chef du Service de police de Regina, Evan Bray. Il précise que plus de 1000 cas de surdoses ont été signalés cette année dans la Ville de la reine seulement, et que les premiers répondants reçoivent de trois à quatre appels par jour concernant des cas de surdoses.

Evan Bray ajoute que le problème à Regina semble être amplifié cette année pour une raison qu’il s’explique mal. Il y a eu 97 morts dues à des surdoses cette année, dont 19 enregistrées en novembre seulement. La Ville en avait signalé 16 en 2019.

Selon Evan Bray, un centre d’injection supervisée pourrait faire partie des solutions pour résoudre le problème, parce que les centres d'injection sûrs peuvent changer les choses.

Avoir des consommateurs de drogues accompagnés par des intervenants, ce n'est pas une mauvaise chose, affirme-t-il.

M. Bray ajoute qu'il souhaite avant tout élaborer une stratégie qui mène à un changement de perception, dans le but de faire baisser la criminalité liée aux drogues.

La police peut être un moyen de parvenir à une fin, mais nous ne sommes pas la solution à ce problème, précise-t-il.

Nous avons besoin d'une approche plus vaste et inclusive pour faire face à ces comportements.

Avec les informations de Bryan Eneas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !