•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations en Gaspésie : des résidents encore isolés

Un homme tient un tuyau alors qu'il marche sur le sol inondé à New Richmond, le 3 décembre 2020.

L'heure est au nettoyage dans la Baie-des-Chaleurs.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Radio-Canada

L'heure est au nettoyage pour plusieurs sinistrés de la Baie-des-Chaleurs. Près d'une vingtaine de résidences sont toujours isolées par les eaux et une partie de la route 299 demeure fermée en raison des inondations survenues depuis la nuit de mardi à mercredi.

Jeudi en fin d'après-midi, 20 résidences étaient toujours isolées par les eaux, principalement à Cascapédia–Saint-Jules et New Richmond, et 17 autres étaient inondées.

C'est le cas de celle de Sabrina Barriault, qui réside sur le chemin Saint-Edgar, à New Richmond. Dans son sous-sol, les pompes fonctionnent toujours à plein régime pour sortir l'eau.

Au maximum, j'ai eu environ un pied d'eau et quand on a vu ça, on a mis des pompes, explique-t-elle.

Il entre encore un peu d'eau, alors je commence à ramasser ce qui a pris l'eau dans la cave. On est habitués, tout est dans des bacs, tout est en hauteur, ajoute Mme Barriault.

Une résidence de New Richmond est entourée d'eau.

Mercredi, un peu plus de 300 résidences se sont retrouvées isolées par les eaux.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Six personnes sont toujours évacuées.

La directrice régionale de la sécurité civile, Janique Lebrun, précise que toutes les personnes évacuées qui avaient besoin d'hébergement ont été reçues à l'hôtel plutôt qu'en centre communautaire, afin de limiter les risques de propagation de la COVID-19.

Une dizaine de commerces touchés

Jeudi, 11 commerces ou industries étaient encore touchés par les inondations.

À New Richmond, le propriétaire de la boutique Rhéal Pitre Sports, Alain Pitre, ne cache pas son découragement, même s'il s'estime somme toute chanceux.

Alain Pitre, lors d'une entrevue avec Radio-Canada le 3 décembre 2020. Derrière lui, le sol est inondé.

Alain Pitre se demande s'il pourra encore aller de l'avant avec son projet d'agrandissement de sa boutique Rhéal Pitre Sports.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Ça a monté de presque 15 pieds en 8 heures, c'est quand même impressionnant. C'est la cinquième fois qu'on vit ça, mais on ne s'habitue pas, soupire M. Pitre.

Il explique avoir réussi à diminuer l'ampleur des dommages grâce à la mise en place d'une digue et au travail acharné de ses employés.

Hier soir, je pense qu'il y a eu un bon Dieu pour nous. Mais ce qui est stressant, c'est qu'on vit ça aux 2-3 ans et là, ça s'ajoute au stress qu'on vit depuis le mois de mars à cause de la COVID, déplore l'entrepreneur.

On va allumer d'autres lampions pour que le printemps ne nous emmène pas une crue comme dans les derniers jours.

Alain Pitre, propriétaire de la boutique Rhéal Pitre Sports

Il s'inquiète particulièrement de la crue du printemps, car l'inondation de mercredi a eu raison du muret de béton qui devait protéger son commerce.

L'eau recouvre une partie du sol sur lequel un mur de béton s'est affaissé.

Derrière la boutique Rhéal Pitre Sports, un mur de béton s'est affaissé en raison des inondations.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

M. Pitre s'interroge également à savoir s'il ira de l'avant avec son projet d'agrandissement de sa boutique, un investissement de 2 millions de dollars. Les travaux devaient débuter en mars dernier, mais ont été reportés à plusieurs reprises, notamment en raison de la pandémie.

Pour l'instant, l'heure est au nettoyage pour M. Pitre et ses employés.

La route 299 fermée pour plusieurs semaines

La route 299 est toujours fermée dans les deux directions, de New Richmond jusqu'au kilomètre 60. Mercredi, un pont y a cédé sous la force de la crue de la rivière Cascapédia.

Le porte-parole du ministère des Transports, Gilles Payer, explique que la route ne pourra pas rouvrir de si tôt puisqu'il faudra d'abord analyser la structure et les travaux à faire, puis trouver les ressources nécessaires pour effectuer ces travaux.

C'est pas la semaine prochaine qu'on va pouvoir rouvrir la route 299. On ne peut pas improviser, ce n'est pas un sentier. On compte sur une base quotidienne autour de 500 véhicules, dont environ 75 camions qui passent là par jour.

Gilles Payer, porte-parole du ministère des Transports du Québec

M. Payer admet que l'arrivée des températures plus froides et de la neige pourraient compliquer les travaux.

L'hiver, toute construction à l'air libre est plus difficile, mais ce n'est pas impossible. Il faut voir quelles solutions temporaires ou permanentes seront envisagées, souligne-t-il.

De l'eau qui s'étend en partie sur une route.

Un pont en réparations sur la route 299 a cédé sous la pression de l'eau.

Photo : Radio-Canada

À New Richmond, la route 132 a été rouverte jeudi matin.

La situation demeure toutefois difficile dans le territoire non organisé (TNO) au nord de New Richmond, selon le maire Éric Dubé.

On a encore des gens enclavés sur le TNO en haut de Saint-Edgar. On va devoir attendre que l'eau se retire carrément, parce qu'on n'est pas capables d'aller inspecter les infrastructures, explique M. Dubé.

Sur le chemin de Saint-Edgar, la rivière coule encore dans les fossés et elle a mangé les accotements sur près de trois pieds de creux, alors on sait qu'on va avoir des réparations à faire, ajoute le maire.

Une voiture de police est en partie submergée, le 2 décembre 2020.

La rivière Petite Cascapédia est sortie de son lit mercredi matin, débordant sur le boulevard Perron, à New Richmond.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Près de Murdochville, la route du Lac-Sainte-Anne a été rouverte en fin de matinée jeudi.

Au total, 24 routes de la péninsule ont été touchées par les inondations.

Rivières sous surveillance

En après-midi jeudi, seule la rivière Cascapédia est encore en situation d'inondation mineure.

Plus tôt en matinée, c'était également encore le cas de la rivière Bonaventure, la rivière Nouvelle et la rivière York.

Ça a bien été cette nuit. Dans les principales rivières, le débit d'eau a beaucoup diminué, pour certaines ça a même baissé de moitié, constate Mme Lebrun.

Elle ajoute qu'elle prévoit consulter les municipalités touchées au courant de la journée afin de discuter des éventuels besoins d'aide financière.

Avec les informations d'Isabelle Lévesque et d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !