•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tête-à-tête avec David Saint-Jacques à la Maison des jeunes de La Sarre

Jeunes et animatrices posent près de mur où se trouve David Saint-Jacques par visioconférence.

Les jeunes ont fabriqué un atterrisseur lunaire pour se qualifier.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Une dizaine d'adolescents fréquentant la Maison des jeunes de La Sarre ont eu le privilège de discuter avec l'astronaute David Saint-Jacques pendant une heure mercredi soir.

Dans le cadre de la campagne Astronautes juniors de l'Agence spatiale canadienne, la Maison des jeunes a remporté l'une des deux seules visites d'un astronaute à travers le Québec.

Valérie Larochelle, animatrice à la Maison des jeunes et responsable de l’activité, explique que les jeunes ont tout de suite été enthousiasmés lorsque le projet leur a été présenté.

C’est un courriel que j’ai vu passer de l’Agence spatiale canadienne qui présentait le programme Astronautes juniors. On a une gang d'adolescents vraiment allumés ici, et je me suis dit, il me semble que c’est quelque chose qui les intéressait. Donc, on leur en a parlé, et ils ont choisi de faire l’expérience de l'atterrisseur lunaire. On a envoyé une vidéo, une preuve qu’on l’avait faite et, suite à ça, on a reçu un courriel nous disant qu’on avait gagné, raconte Mme Larochelle.

Il fallait faire un genre d'atterrisseur lunaire avec un œuf, et il ne fallait pas que l'œuf se casse à l'atterrissage. On avait du matériel comme du papier et des pailles. Il fallait le lancer de 1 mètre, ensuite de 2 mètres, puis de 3 mètres. Ça a fonctionné, et on était vraiment contents, exprime Maël Savard, participant au projet.

David Saint-Jacques est à la table des invités.

L'astronaute David Saint-Jacques a passé au total 204 jours dans l’espace. (Archives)

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Une rencontre par visioconférence

Devant initialement avoir lieu en personne, la rencontre a finalement dû être tenue par visioconférence, en raison de la pandémie.

On avait hâte. Au début, c’était supposé être une rencontre en personne, mais avec la pandémie, c’est devenu un Zoom. C’est sûr que c’est un peu décevant de savoir qu’on aurait pu le rencontrer en vrai, mais c’était le fun quand même, affirme Mirko Casséus.

Invité à répondre aux questions des jeunes, David Saint-Jacques s'est montré très généreux.

Souhaitant connaître le chemin à emprunter afin de devenir astronaute, Maxim Chrétien s'est réjoui de la réponse offerte par M. Saint-Jacques.

C’est le fun de savoir que l’on peut être n’importe qui avant de devenir astronaute. Il ne faut pas nécessairement avoir planifié d’y être. Lui était médecin, il y a des gens qui étaient professeurs, ou toutes sortes d’autres métiers, constate-t-il.

Pendant une partie de la conférence, David Saint-Jacques était accompagné de son fils Pierre, curieux d’assister à une telle présentation. À certains moments, M. Saint-Jacques coupait le son de son micro afin d’écouter son garçon. Les adolescents ont pu être témoins de la conciliation travail-famille qui touche même les astronautes.

Une affiche colorée de la Maison des jeunes.

David Saint-Jacques devait rencontrer en personne les adolescents de la Maison des jeunes de La Sarre, mais la pandémie a forcé les organisateurs à s'adapter.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Valérie Larochelle s’estime très chanceuse de ce que David Saint-Jacques ait été l'astronaute désigné pour participer à cette activité spéciale. On était vraiment enchantés de cette occasion-là qu’on avait, du fin fond de La Sarre, de l’autre côté du parc La Vérendrye, d’avoir un astronaute qui vienne nous parler. Pas n’importe lequel! David Saint-Jacques est passionné, il a un message à transmettre. Avec les ados et les enfants, il est fabuleux, dit-elle.

Pour Valérie Larochelle, voir les jeunes combattre la nervosité pour aller formuler les questions qu’ils avaient préparées à David Saint-Jacques valait tous les efforts investis dans le projet.

C’est quand même intimidant, une personnalité de cette envergure-là qui vient, et qui est là en exclusivité juste pour nous. On le voyait au travers d’un écran, mais il était là pour nous, pour répondre à nos questions. De voir les yeux brillants des jeunes, et de les voir sortir de leur zone de confort, se déplacer pour aller adresser la parole à David Saint-Jacques et poser leur question, c’était magnifique, conclut Mme Larochelle.

L'astronaute s'est aussi adressé aux élèves de l'école des Prospecteurs de Murdochville dans la journée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !