•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les universités prolongent les vacances pour permettre l’isolement après Noël

Un homme passe en courant devant l'enseigne du campus de Moncton.

L’Université de Moncton est l’un des nombreux campus du Nouveau-Brunswick à avoir modifié son calendrier universitaire en réponse à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Les universités du Nouveau-Brunswick prolongent les vacances d’hiver pour leurs étudiants. La reprise des cours se fera donc en janvier. Comme un grand d'entre eux quitte normalement la province, l'initiative vise à leur donner suffisamment de temps pour s’isoler à leur retour.

L’Université de Moncton a décidé de retarder la reprise des cours sur place d’une semaine en janvier, mais continuera à donner des cours en ligne à partir du 11 janvier. Les cours pratiques, qui sont offerts en personne, ne commenceront pas avant le 18 janvier.

L’Université du Nouveau-Brunswick entamera son trimestre d’hiver avec une semaine de retard, le 11 janvier. La première semaine du retour en classe, l'ensemble des cours seront offerts en ligne afin de permettre aux étudiants de poursuivre leur période d’isolement.

L’Université Mount Allison, à Sackville, a aussi décidé d’ajuster son calendrier pour les mêmes raisons. Environ 60 % de ses 2000 étudiants viennent de l’extérieur de la ville. Le prochain trimestre commencera le 18 janvier.

À L’université St. Thomas, les cours reprennent le 11 janvier au lieu du 6 janvier.

Plus de temps pour s’isoler...ou pas

Les personnes qui se rendent à Terre-Neuve-et-Labrador ou à l’Île-du-Prince-Édouard doivent désormais s’isoler pendant 14 jours. La Nouvelle-Écosse n’exige pas pour sa part que les résidents du Canada atlantique s’isolent.

Cette règle s’applique également lors du retour au Nouveau-Brunswick. Cela signifie qu’un étudiant retournant chez lui à l’Île-du-Prince-Édouard devra passer 28 jours en isolement au total.

Le centre pour étudiants Wallace McCains, à l'Université Mount Allison à Sackville.

Le centre pour étudiants Wallace McCains, à l'Université Mount Allison à Sackville.

Photo : Université Mount Allison

Le président du syndicat étudiant de l’université Mount Allison, Jonathan Ferguson, ne croit pas qu’il ira voir sa famille à Charlottetown, malgré le prolongement des vacances.

Il ajoute que beaucoup de ses pairs s’attendent à rester à Sackville pour les vacances.

Désormais, avec l’effondrement de la bulle, beaucoup d’étudiants des Maritimes sont plus favorables à l’idée de ne pas se déplacer pendant les fêtes, souligne-t-il, Parce que nous savons que nous avons des amis autour de nous que nous pourrons peut-être voir une fois que nous serons retournés à la phase jaune.

La fatigue crée par l’univers virtuel

L’université St. Thomas n’offre pas de classe en personne en cette année universitaire, et seulement 25 % de ses étudiants viennent de l’extérieur de la province.

L’établissement a tout de même choisi de repousser le début du trimestre d’hiver.

Le vice-président adjoint de la gestion des inscriptions, Ryan Sullivan, a déclaré que l’université voulait offrir une plus grande pause pour rompre avec la fatigue virtuelle causée par l’apprentissage en ligne tout l’automne.

Les étudiants épuisés par la pandémie poussent plusieurs universités canadiennes à prolonger leurs vacances d’hiver.

Avec les informations d’Alexandre Silberman de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !