•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et si l’ancienne bibliothèque Saint-Sulpice accueillait l’espace Riopelle?

L’abandon des projets de BAnQ et du MBAM pourrait finalement déboucher sur un résultat opportun.

La devanture du bâtiment, l'hiver.

L'ancienne bibliothèque Saint-Sulpice est vacante depuis 2005.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Radio-Canada

Le 1700 rue Saint-Denis servira peut-être à présenter les œuvres d'un des artistes visuels les plus importants de l'histoire du Québec plutôt que d'accueillir un laboratoire technologique destiné aux adolescents.

La directrice de la Fondation Riopelle, Manon Gauthier, a confirmé à Radio-Canada mercredi que l'exposition permanente à laquelle le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM) a récemment renoncé pourrait s'installer dans l'ancienne bibliothèque Saint-Sulpice, vacant depuis 15 ans.

Ce scénario est une des avenues envisagées, a-t-elle confié en entrevue à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle au 15-18, sur ICI Première. Mais la construction d'un nouveau bâtiment et l'intégration d'une exposition permanente dans un musée déjà existant sont des options qui sont elles aussi à l'étude.

En ce moment, je vous répondrais que rien n'est exclu, a indiqué Mme Gauthier. Évidemment, il y a d'une part la perspective d'une nouvelle construction, a-t-elle évoqué, mais il est évident que la réhabilitation d'un haut lieu patrimonial est tout aussi noble et d'un grand intérêt pour nous.

Il serait prématuré pour la Fondation de s'avancer sur le sujet, prévient Manon Gauthier. Mais il est vrai que le site de la bibliothèque Saint-Sulpice a été porté à notre attention à répétition au cours des derniers mois, plus particulièrement depuis l'été, reconnaît-elle.

Objectif 2023

Jusqu'à tout récemment, c'est au MBAM que la Fondation espérait installer un espace dédié au peintre, sculpteur et signataire du Refus global Jean-Paul Riopelle, décédé en 2002. L'abandon du projet par la nouvelle direction, il y a 10 jours, a toutefois changé la donne.

La Fondation retourne donc à la case départ dans l'espoir de créer à Montréal une exposition permanente dédiée à Jean-Paul Riopelle pour le centenaire de l'artiste, en 2023.

Et c'est vers l'ancienne bibliothèque Saint-Sulpice, en plein cœur du Quartier latin, que se tourne maintenant son regard, Le Devoir ayant révélé mercredi matin que le projet de Bibliothèques et Archives nationales du Québec (BAnQ) ne profiterait plus du soutien financier du gouvernement Legault.

Ce qui est certain, aujourd'hui, c'est qu'on accueille cette possibilité avec grand intérêt, tout comme la perspective d'œuvrer en collaboration avec le gouvernement du Québec et ses institutions pour la réalisation d'un grand legs pour Jean-Paul Riopelle en 2023.

Manon Gauthier, directrice générale de la Fondation Riopelle

Interrogée sur le sujet, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a estimé mercredi qu'il serait très pertinent que le bâtiment serve plutôt à accueillir l'espace Riopelle. Mais il y a plusieurs possibilités pour cet édifice, et elles sont toutes à l'étude, a-t-elle nuancé.

Une reproduction de ce à quoi doit ressembler le projet terminé présente une femme marchant dans un espace moderne où deux jeunes essaient des casques de réalité virtuelle.

BAnQ souhaitait aménager un laboratoire technologique dans l'ancienne bibliothèque Saint-Sulpice.

Photo : Gracieuseté - BAnQ

Sa prédécesseure Hélène David, qui siège toujours à l'Assemblée nationale comme députée libérale de Marguerite-Bourgeoys, s'est dite mercredi personnellement touchée par l'abandon du projet de BAnQ au 1700 rue Saint-Denis – d'autant plus que c'est sous sa gouverne, en 2016, qu'il avait été lancé.

Je tenais énormément à ce projet-là, a-t-elle laissé tomber, en entrevue à l'émission Tout un matin.

Aux yeux de l'ex-ministre, cette décision envoie un signal inquiétant en ce qui concerne la protection et l'adaptation des édifices patrimoniaux délaissés – un avis que partage la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

L’abandon du projet de transformation de la bibliothèque Saint-Sulpice par le gouvernement est une grande déception, étant donné l'importance de protéger et de mettre en valeur ce bâtiment phare du Quartier latin, a-t-elle commenté sur Twitter.

Avec la collaboration de Nabi-Alexandre Chartier et Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !