•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections, COVID-19 et déficit : les montagnes russes de la politique saskatchewanaise

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Scott Moe porte le masque en parlant près du micro à l'Assemblée législative (archives).

Scott Moe portant le masque lors d'une conférence de presse le 9 novembre 2020 (archives).

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Il va sans dire que la gestion de la pandémie a été le plus gros dossier de 2020 pour tous les gouvernements au pays, y compris celui de la Saskatchewan. En plus de la COVID-19, l’actualité politique saskatchewanaise a aussi été marquée par plusieurs événements d’envergure cette année. En voici quelques-uns.

Le Parti saskatchewanais réélu pour un 4e mandat de suite

Le premier ministre Scott Moe avait d’abord l’intention de déclencher des élections provinciales anticipées au printemps. Il a ensuite renoncé à cette idée peu de temps après le début de la pandémie de COVID-19.

N'empêche, lors des élections générales, cet automne, le parti de Scott Moe a remporté une victoire écrasante, avec plus de 60 % des voix en sa faveur.

Le chef du Parti saskatchewanais, Scott Moe, lors de son discours à la suite de sa victoire au élections provinciales.

Le chef du Parti saskatchewanais, Scott Moe, lors de son discours à la suite de sa victoire aux élections provinciales. (archives)

Photo : The Canadian Press / Liam Richards

Certaines circonscriptions ont été le théâtre de luttes serrées, dont celle du chef néo-démocrate Ryan Meili, qui a finalement remporté la victoire.

Par ailleurs, Ryan Meili est le premier chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan à avoir été réélu dans sa propre circonscription depuis 2007.

Ryan Meili, sur la scène avec sa femme, lors de son discours à la suite de la défaite du NPD.

Les candidats du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan accompagnent virtuellement, Ryan Meili et sa femme Mahli Brindamour lors de son discours à la suite de la défaite du NPD. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Kayle Neis

Résultats des élections générales de 2020

Pourcentage de votes par partis :

  • Parti saskatchewanais : 60,67 %

  • NPD de la Saskatchewan : 31,59 %

  • Parti Buffalo : 2,54 %

  • Parti vert de la Saskatchewan : 2,25 %

  • Parti progressiste-conservateur : 1,89 %

  • Parti libéral de la Saskatchewan : 0,08 %

Nombre de députés par parti :

  • Parti saskatchewanais : 48

  • NPD de la Saskatchewan : 13


Sources : Élections Saskatchewan; site web de l'Assemblée législative de la Saskatchewan

La montée du Parti Buffalo (anciennement le Wexit Saskatchewan) aux élections générales est un autre événement marquant de la politique saskatchewanaise en 2020.

Des six partis politiques de la Saskatchewan, le Parti Buffalo est le troisième ayant enregistré le plus grand nombre de voix aux élections.

Portrait de Wade Sira dans un parc.

Le chef du Parti Buffalo, Wade Sira.

Photo : Radio-Canada / Don Sommers

Dans certaines circonscriptions, notamment dans le sud de la Saskatchewan, le Parti Buffalo est même arrivé en deuxième position dans les suffrages, derrière le Parti saskatchewanais.

Une campagne électorale sur fond de controverses

Si la majorité des voix ont été décernées au parti de Scott Moe, cela ne veut pas dire que leur campagne électorale s’est déroulée sans embûches.

Au cours de celle-ci, le Parti saskatchewanais a dû, entre autres, faire le point sur un ancien candidat qui avait publié des théories conspirationnistes sur les réseaux sociaux et sur un candidat qui avait participé à un jeu de mauvais goût il y a quelques années.

De plus, le passé de Scott Moe est revenu le hanter. Son accident automobile ayant causé la mort d’une personne a figuré parmi les sujets chauds de la campagne électorale lorsque le fils de la victime a pris d'assaut les réseaux sociaux.

Élections Saskatchewan 2020

Le NPD de la Saskatchewan n’est pas non plus sorti de la campagne sans tache.

Le Parti saskatchewanais a débusqué les propos qu’une candidate du NPD, Meara Conway, a publiés sur Facebook, il y a quelques années, critiquant l’industrie pétrolière, particulièrement les sables bitumineux.

Meare Conway pose avec Ryan Meili.

La candidate Meara Conway (à gauche) en compagnie du chef néo-démocrate Ryan Meili (à droite). (archives)

Photo : NPD de la Saskatchewan

Pandémie oblige, il était impossible d’organiser de grands rassemblements partisans en personne pendant la campagne.

La pandémie a toutefois permis aux équipes de campagne d’innover, notamment par l’organisation de rassemblements automobiles.

Scott Moe sur une scène prononçant un discours.

Vers la fin de la campagne électorale, Scott Moe a prononcé un discours devant un rassemblement de partisans qui se trouvaient dans une dizaine de véhicules. (archives)

Photo : Radio-Canada / Étienne Ravary-Ouellet

De plus petits rassemblements ont été aussi organisés, mais le risque zéro n'existe pas avec la COVID-19 et le Parti saskatchewanais l'a appris à ses dépens.

Outre les rassemblements, le débat des chefs s’est, lui aussi, déroulé de manière différente qu’il y a quatre ans. Celui de 2020 s’est fait dans le respect du temps, avec courtoisie, et sans grande interruption cacophonique entre les chefs.

Ryan Meili et Scott Moe pendant le débat des chefs.

La gestion de la pandémie de la COVID-19 et la relance économique de la province ont été les deux sujets majeurs du débat des chefs. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Vers une Saskatchewan forte et indépendante

Lors de son discours de remerciement le soir des élections, Scott Moe a affirmé être en faveur d’une Saskatchewan forte et indépendante.

Au lendemain de ce discours, il a précisé ses propos en disant qu’il souhaite renforcer l’autonomie provinciale de la Saskatchewan plutôt qu'en souhaitant la séparation du reste du Canada.

Scott Moe lors d'une conférence de presse à l'Assemblée législative (archives).

Au lendemain de sa victoire électorale, Scott Moe annonce qu'il veut relancer l'économie d'une Saskatchewan plus autonome. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Près de deux semaines plus tard, au dévoilement de son Cabinet, le premier ministre a introduit un nouveau poste au sein de son gouvernement : un secrétaire législatif responsable de l’autonomie provinciale au sein de la fédération.

Le plus important déficit budgétaire de l’histoire de la province

La pandémie de COVID-19 a coupé l'herbe sous les pieds de la ministre des Finances, Donna Harpauer, qui s’attendait à présenter un deuxième budget équilibré.

Toutefois, en raison des incertitudes économiques générées par la pandémie, la ministre a fait savoir que la Saskatchewan pourrait ne pas atteindre l’équilibre budgétaire.

Donna Harpauer lors d'une conférence de presse.

La ministre des Finances de la Saskatchewan, Donna Harpauer. (archives)

Photo : CBC/Bryan Eneas

Cette prédiction est devenue réalité : en juin, la Saskatchewan prévoyait un déficit budgétaire de 2,4 milliards de dollars pour 2020-2021 — le plus important déficit budgétaire de l’histoire de la province — , causé en majeure partie par la pandémie.

Le déficit budgétaire a ensuite été revu à la baisse en août, puis une seconde fois en novembre. Le déficit s'élève désormais à environ 2 milliards de dollars.

Le retour à l’équilibre budgétaire a été le cheval de bataille de la province ces dernières années, et le Parti saskatchewanais a continué sur cette lancée pendant sa campagne électorale en promettant d’équilibrer le budget de la province d’ici 2024.

Élections municipales 2020

Les Réginois ont marqué l’histoire, le 9 novembre, en élisant Sandra Masters à la mairie de la capitale provinciale. Non seulement Sandra Masters est devenue la première mairesse élue de Regina, mais elle est aussi devenue la première mairesse élue d’une grande ville de la Saskatchewan.

Sandra Masters s'adresse aux médias lors de son discours de victoire lors des élections municipales de 2020.

Sandra Masters est devenue la nouvelle mairesse de Regina, le 9 novembre 2020. (archives)

Photo : Radio-Canada / Heidi Atter

À Saskatoon, le maire sortant Charlie Clark a été réélu pour un second mandat consécutif quelques jours plus tard, puisque l'élection municipale de la Ville des Ponts a été repoussée en raison d'une importante tempête de neige.

Charlie Clark en train de répondre aux questions des journalistes.

Le soir des élections municipales de Saskatoon, le 13 novembre 2020, Charlie Clark s'est dit très humble de voir que des électeurs ont voté pour lui malgré la neige et la pandémie de la COVID-19. (archives)

Photo : CBC/Guy Quenneville

Autres moments forts de 2020

Le décès de Samwel Uko

La mort de Samwel Uko, cet homme de 20 ans qui s’est enlevé la vie dans le lac Wascana après avoir visité ce même jour l’Hôpital général de Regina à deux reprises, est l’un des événements ayant suscité l'émoi cette année en Saskatchewan.

Un mémorial en hommage à Samwel Uko.

Un mémorial en hommage à Samwel Uko au parc Wascana de Regina. (archives)

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan a présenté ses excuses à la famille de l’homme cet été. Toutefois, cette dernière a choisi de poursuivre la province, alléguant que les membres du personnel hospitalier ont fait preuve de négligence.

La mission de Tristen Durocher

L’activiste Tristen Durocher a marché plus de 600 kilomètres vers Regina, en plus de faire une grève de la faim devant le palais législatif de la Saskatchewan pendant 44 jours, dans l’espoir d’éveiller les consciences sur le haut taux de suicide dans les communautés autochtones.

Tristen Durocher lors d'un événement le 11 août dernier.

Tristen Durocher a fait un jeûne du 31 juillet au 13 septembre devant le palais législatif de la Saskatchewan, à Regina. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

La province l’a poursuivi en cour pour ne pas avoir demandé l’autorisation au préalable d’ériger un tipi et d'allumer un feu dans le parc Wascana, qui est de propriété provinciale. La requête du gouvernement a finalement été rejetée par la Cour du Banc de la Reine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !