•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chemin vers les Olympiques reprend dans un lieu secret pour trois coureurs de Québec

Jean-Simon Desgagnés et Charles Philibert-Thiboutot courent sur le campus de l'université Laval.

Jean-Simon Desgagnés et Charles Philibert-Thiboutot s'étaient affrontés dans une compétition amicale pour battre le record québécois de 5 km sur route, en septembre, à Québec.

Photo : Rouge et Or / Louis Charland

Partenaires d’entraînement, Charles Philibert-Thiboutot, Jean-Simon Desgagnés et Thomas Fafard prendront le départ d’une course de 5000 mètres comme adversaires, vendredi soir, dans un lieu secret, en Californie. Il s'agit d'une première compétition internationale pour le trio depuis le début de la pandémie.

Arrivés en Californie depuis une semaine avec leur entraîneur Félix-Antoine Lapointe, les trois produits du Rouge et Or ne cachent pas leur hâte de fouler la piste où ils tenteront tous d’améliorer leur record personnel. Le tout dans un lieu gardé secret pour éviter qu’une foule ne s'agglutine.

On s’est fait des compétitions maison cet été, mais il n’y a pas eu de réelles courses avec des athlètes internationaux depuis février. Il y a un peu de fébrilité, mais je me sens confiant, lance Jean-Simon Desgagnés, 22 ans.

J’ai vraiment hâte de retrouver l’esprit de compétition, la piste et les sensations , ajoute Thomas Fafard, 21 ans.

Charles Philibert-Thiboutot au 1500 m des Championnats NACAC

Charles Philibert-Thiboutot au 1500 m des Championnats NACAC, en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Une transition pour Philibert-Thiboutot

Le doyen du groupe est cependant celui qui a le plus à gagner. À 29 ans, Charles Philibert-Thiboutot a profité de la pause forcée pour se refaire une santé et il tentera de se qualifier pour ses 2e Jeux olympiques.

Au 1500 m, comme à Rio en 2016, mais aussi au 5000 m cette fois. Une distance sur laquelle il a signé le deuxième meilleur temps québécois de l’histoire, 13:30.79, dans une compétition à Boston en février.

Je me sens excessivement prêt à livrer une grosse performance

Charles Philibert-Thiboutot

Comme la fenêtre de qualification en vue des Jeux de Tokyo est rouverte depuis mardi, le coureur de Québec pourrait amasser de précieux points, vendredi soir, dans des conditions météorologiques idéales.

Je pense que je peux courir pas très loin du standard olympique de 13 minutes 13 secondes. Même si je le manque, ça va avoir un impact pour mon classement mondial où un top-45 me qualifierait pour les Jeux, explique celui qui habite maintenant Edmonton en raison de l’emploi de sa femme.

« Pulvériser » sa marque personnelle

Placé dans la même vague très relevée que son ami Philibert-Thiboutot, Jean-Simon Desgagnés ne cache pas qu’il aura de la difficulté à suivre le rythme imposé par les meneurs.

L’étudiant en médecine se croit toutefois capable de tirer son épingle du jeu dans le deuxième groupe.

Je vais essayer de pulvériser mon record personnel qui date de 2018. Je vise un temps de 13:40-13:45 , annonce-t-il.

Jean-Simon Desgagnés en plein saut par dessus une barrière et un obstacle d'eau.

Jean-Simon Desgagnés a représenté le Canada au 3000m steeple lors des Universiades, à Naples, en juillet 2019.

Photo : Mathieu Belanger

Desgagnés vise aussi une participation aux Jeux olympiques l’été prochain, mais au 3000 m steeple. Il retrouvera d'ailleurs sur la ligne de départ un coureur qu’il pourrait revoir à Tokyo. L’Américain Obsa Ali est le champion de la NCAA sur sa distance de prédilection.

Fafard a l'œil sur les Universiades

Quant à Thomas Fafard, un jeune spécialiste du 5000 m, il croit que son rêve olympique passe davantage par les Jeux de 2024. Le peloton cette année est plus relevé que jamais, pointe-t-il, et la transition de Charles Philibert-Thiboutot complique son chemin pour les qualifications canadiennes.

Le coureur originaire de Repentigny a toutefois les Universiades dans le viseur, l’été prochain, et il aura une meilleure idée de son niveau après la course de vendredi. Placé dans une vague un peu plus faible, il croit pouvoir franchir la ligne d'arrivée parmi les trois premiers.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !