•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la Résidence Brooks de Sherbrooke a dû faire « des choix difficiles »

Devanture de la Résidence Brooks

10 résidents et 6 employés de la Résidence Brooks de Sherbrooke sont atteints de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que la Résidence Brooks de Sherbrooke est aux prises avec une importante éclosion de COVID-19 avec 10 résidents et 6 employés infectés, la propriétaire confie avoir dû faire des choix difficiles dans les derniers jours.

L’établissement a notamment dû faire quelques entorses au protocole. Avant de mettre des efforts sur la lessive, on va mettre des efforts sur les soins des résidents sur leur alimentation et leurs besoins primaires, explique Brigitte Bilodeau, la propriétaire des lieux, en entrevue avec Radio-Canada Estrie.

De plus, la résidence a dû faire appel à des agents de sécurité afin que ses résidents respectent les mesures sanitaires dans l’établissement.

On a une clientèle assez diversifiée dont des résidents qui ne peuvent pas comprendre les consignes. Pour leur sécurité, ils doivent rester isolés dans leur chambre pour qu’ils ne réinfectent pas tout le milieu, fait savoir Brigitte Bilodeau, propriétaire de la résidence

Ce sont plus des gens marginaux, des personnes avec des problèmes de santé mentale, de santé physique, avec des déficiences intellectuelles. [...] Ils nous font confiance. On est chanceux d’avoir de bons résidents comme ça. La plupart du temps, ils vont comprendre que c’est pour leur santé qu’il faut être isolés dans leur chambre, ajoute-t-elle.

Il n’y en a pas, de solution miracle. On est juste chanceux d’avoir de l’aide.

Brigitte Bilodeau, propriétaire de la Résidence Brooks

Des renforts du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Après que la situation se soit aggravée en fin de semaine dernière, la santé publique de l’Estrie a fait parvenir des renforts, lundi. Le CIUSSS a répondu vite à notre appel. Ils sont venus nous aider rapidement. On est entourés d’une équipe formidable, dit-elle.

D’ailleurs, Brigitte Bilodeau dit être consciente des critiques que les décisions qu’elle a prises peuvent engendrer. C’est facile de critiquer les gens, sauf qu’il faut réorganiser tous les aménagements, réorganiser des tâches à des nouveaux employés. Il faut aussi réorganiser pour être capable de suivre les recommandations de la santé publique, lance-t-elle.

Pour elle, le but premier de la résidence est de protéger les résidents et les employés pour empêcher qu’ils s’infectent. Mes employés sont formidables. Autant ceux qui sont isolés. Certains travaillent même à distance pour nous donner un coup de main. Notre infirmière communique même par téléphone avec notre pharmacie, ajoute-t-elle.

Mme Bilodeau ne croit pas qu’augmenter les salaires pourrait améliorer les compétences des travailleurs. Ce n’est pas seulement une question de salaires, c’est une question de coeur. On peut gagner 200 000 $ par année, mais vous ne serez pas plus habilité à travailler avec une clientèle comme celle-là, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !