•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles consignes dans les commerces vont-elles nuire aux ventes?

Les rangées de jouets de Deschênes vues de haut.

Les employés du magasin Deschênes de La Sarre remarquent que les clients se sont pris à l'avance pour leur magasinage cette année.

Photo : Facebook/Deschênes

Dès vendredi, les commerçants devront se plier à de nouvelles mesures afin d’éviter la propagation de la COVID-19 avant le temps des Fêtes. Certains craignent que l’ajout de consignes vienne nuire à leur chiffre d’affaires.

C’est le cas de la présidente de la Société de développement commercial de Rouyn-Noranda, Gabrielle-Ann Leduc, aussi propriétaire de la Bijouterie Leduc. Selon elle, les gens pourraient opter pour les achats en ligne auprès de multinationales pour éviter de se déplacer en magasin.

Une jeune femme et son père posent devant des étalages de bijoux lors d'une braderie.

Gabrielle-Anne et Yvon Leduc, de la Bijouterie Leduc (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

C'est sûr que c'est plus facile d’être sur notre divan et commander en ligne, mais c'est vraiment important de penser à nous, les petites entreprises. On est des gens en affaires qui, s’ils ne font pas leur chiffre d’affaires, ce sont des familles qui ne seront pas nourries, qui ne feront pas d’activité, souligne-t-elle.

Imposition d’une limite de clients

Une limite d’un client par 20 mètres carrés de superficie, un affichage de la capacité maximale et des installations qui assurent le maintien des 2 mètres de distance entre chaque personne : Cette combinaison de facteurs fera en sorte que nos magasins pourront demeurer ouverts et ne deviendront pas des lieux supplémentaires d’éclosions, a déclaré la vice-première ministre Geneviève Guilbault en point de presse mercredi matin.

Geneviève Guilbault s'adresse aux médias.

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbaut, rend obligatoire le respect du nombre de clients autorités dans les commerces en période de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) partage les préoccupations de Gabrielle-Ann Leduc, mais préfère les nouvelles consignes plutôt qu’une fermeture totale.

Même si ces mesures risquent de leur causer des maux de tête supplémentaires, des coûts additionnels et probablement une perte de clientèle, elles sont toujours préférables à une deuxième fermeture de leurs portes. Le magasinage des Fêtes est plus que vital pour nos commerçants, déclare par communiqué François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

Plusieurs commerces mettent déjà en place des mesures pour éviter la contamination. Cependant, à partir de vendredi, ceux qui ne respectent pas les nouvelles mesures sont assujettis à des amendes de 1000 $ à 6000 $.

La propriétaire du magasin Variétés Deschênes à La Sarre, Marie-Andrée Mercure, demeure optimiste et croit que les clients seront au rendez-vous durant les Fêtes.

C’est sûr que durant les dernières semaines, il y a eu un gros boom. Les gens ont pris plus d'avance que l’année passée, mais à mon avis, ils vont continuer à venir nous voir. Je reste positive, affirme-t-elle.

Éviter de se rendre en magasin, c’est un comportement que Dany Giraudon a déjà remarqué. La copropriétaire de la boutique Imagin’art et les trouvailles de Florentine, à Ville-Marie, indique que les gens prennent beaucoup d’informations par téléphone avant de venir, ce que je n’avais pas avant.

Ces nouvelles consignes s’appliquent également dans les centres commerciaux, et donc dans les allées qui connectent les magasins. Le gérant des Galeries Val-d’Or, Jacques Houle, pense que les mesures mises en place présentement répondent déjà aux critères du gouvernement.

Pour éviter la contamination, on a fait enlever tous les bancs. Puis on ne tolère pas d’achalandage dans le centre. S’il y a un attroupement de six ou sept personnes qui placotent ensemble, on va les aviser qu’ils ne peuvent pas faire ça, dit-il, ajoutant qu’un agent est responsable de s’assurer qu’il n’y ait pas de rassemblements dans l’édifice.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !