•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ateliers pour faciliter l'intégration des immigrants dans la Manicouagan

Les participants sont tous assis à des tables séparées par des plexiglas et écoutent un des responsables du programme.

Les participants doivent assister à huit ateliers de trois heures portant sur l'histoire et les valeurs québécoises pour réaliser l'activité d'intégration.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Les immigrants qui souhaitent obtenir leur attestation d'apprentissage des valeurs québécoises n'ont plus besoin d'aller dans les grands centres urbains pour le faire. Le service d'accueil aux immigrants Manicouagan Interculturelle offre maintenant des sessions d'intégration aux nouveaux arrivants de la région.

La toute première session vient tout juste de se terminer à Baie-Comeau.

Pendant 2 semaines, les 10 participants ont assisté à des ateliers portant sur les grands thèmes de l'histoire du Québec, l'égalité entre les hommes et les femmes, la laïcité, la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que les normes du travail.

Ces ateliers s'adressent à ceux qui souhaitent obtenir un jour leur Certificat de sélection du Québec (CSQ), mais aussi à ceux qui désirent tout simplement acquérir des connaissances sur la culture québécoise.

Rémy Arcusa sourit pendant qu'il est assis à une table de travail dans une salle de classe.

Rémy Arcusa (à gauche) est arrivé à Baie-Comeau il y a cinq ans.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

L'intégration, ce n'est pas inné. On ne sait pas s'intégrer tant qu'on ne nous a pas appris à le faire.

Rémy Arcusa, participant originaire de la France

Rémy Arcusa a quitté la ville de Lyon en France il y a cinq ans. Il est maintenant étudiant en technique d'aménagement cynégétique et halieutique au Cégep de Baie-Comeau. Il a fait partie de la toute première cohorte des sessions d'intégration offertes à Baie-Comeau.

Comme plusieurs participants, il a assisté aux ateliers dans le but d'obtenir un jour sa résidence permanente.

Rémy Arcusa explique que les ateliers lui ont aussi permis d'en apprendre encore plus sur la culture et les mœurs québécoises.

C'est comme si tu arrives dans une maison et qu'on ne t'explique pas les règles, raconte-t-il. Tu ne vas pas savoir comment réagir, tu vas faire des erreurs, et là, il y a quelqu'un qui vient et qui te dit : “Ici on marche comme ça, vous, vous marchez comment?”

Sara Masure sourit à la caméra, elle est assise à un bureau et prend des notes pendant une présentation.

Sara Masure est arrivée à Baie-Comeau il y a quatre ans.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

De son côté, Sara Masure est arrivée à Baie-Comeau en provenance de Grenoble (France) il y a quatre ans. Elle travaille maintenant au Parc Nature de la Pointe-aux-Outardes. Pour elle, cette session d'intégration a été une occasion d'échanger avec les autres immigrants.

De voir aussi l'avis d'autres personnes qui viennent d'autres pays, par exemple il y a deux personnes qui viennent du Cameroun, une personne qui vient du Togo et une personne qui vient de la Colombie, donc je trouve ça vraiment intéressant comme échange, explique Sara Masure.

Une nouvelle initiative à Baie-Comeau

Chantale Chénard, la coordonnatrice des services aux immigrants chez Manicouagan Interculturelle, se réjouit de la création de ces ateliers.

Chantale Chénard est assise à un bureau devant une présentation au tableau, elle est en train de parler devant une classe.

Chantale Chénard se réjouit que des ateliers d'intégration soient maintenant offerts à Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Au départ, il y avait dix organismes au Québec seulement qui donnaient les sessions, et puis ça faisait un petit bout que nous, on demandait de pouvoir nous aussi offrir ça en région, soutient la coordonnatrice.

Deux autres sessions d'intégration seront offertes au cours de l'année 2021 à Baie-Comeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !