•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : comment va s’organiser la vaccination en Alberta?

Des mains tiennent du fiole de vaccin et une seringue.

Les vaccins de Pfizer et de Moderna nécessitant deux injections, l'Alberta aura besoin de 870 000 doses, rien que pour sa première vague de vaccinations.

Photo : Associated Press / Hans Pennink

Émilie Vast

Le vaccin contre la COVID-19 ne sera pas obligatoire en Alberta, a déclaré mercredi le premier ministre Jason Kenney en présentant les grandes lignes de la campagne provinciale de vaccination. 

Nous ne vivons pas dans un pays où le gouvernement peut vous injecter quelque chose contre votre volonté, a-t-il dit tout en souhaitant qu’un maximum d’Albertains se fasse vacciner.

Le gouvernement a prévu une campagne de vaccination en trois phases. 

Entre janvier et mars, tout d’abord, il prévoit de vacciner environ 435 000 Albertains, soit un peu moins de 10 % de la population. 

Priorité aux plus vulnérables

Durant cette phase seront vaccinées les populations les plus à risque : les résidents et le personnel des centres de soins de longue durée, les personnes de plus de 75 ans, celles de plus de 65 ans vivant dans des communautés autochtones et les travailleurs de la santé de première ligne. 

La phase 2 prévoit que 30 % de la population albertaine soit immunisée d’ici l’été. Les populations ciblées durant cette phase dépendront du déroulement de la précédente.

Enfin, c’est à l’automne, durant la troisième phase, que la vaccination sera disponible pour l’ensemble de la population.

Il va falloir des mois avant que le vaccin soit disponible pour tout le monde.

Jason Kenney, premier ministre

Le premier ministre s’attend à ce que le nombre d’hospitalisations et de décès diminue lorsque les personnes les plus vulnérables seront vaccinées. Mais soyons clairs, nous devrons tous continuer de respecter les mesures de santé publique même après la première vague de vaccinations, a-t-il ajouté. 

Des retards possibles

Selon le premier ministre, le déroulement de la campagne est amené à évoluer. Si l’arrivée de nouveaux vaccins pourrait l'accélérer, on peut aussi s'attendre à des retards, compte tenu des défis logistiques et de l’ampleur de la demande, a-t-il souligné. 

Jason Kenney a annoncé que le ministre aux Affaires municipales, Paul Winnick, dirigera un groupe de travail, une équipe pluridisciplinaire [avec des personnes] venant du secteur public et du secteur privé qui sera chargée de la campagne de vaccination en Alberta.

Nous savons que les vaccins de Pfizer et de Moderna arriveront au Canada dans quelques semaines, a rappelé Jason Kenney. Nous ne pouvons pas contrôler quand ces vaccins arriveront en Alberta, mais nous pouvons faire en sorte d’être prêts à les distribuer aussi vite que possible dès que nous les aurons.

Une distribution rapide et efficace du vaccin sera essentielle à la reprise économique de la province, a-t-il déclaré, mais ce sera aussi une question de vie ou de mort pour de nombreux Albertains.

La situation au 2 décembre

Ces dernières 24 heures, l’Alberta a enregistré 1685 nouveaux cas de COVID-19 et 10 décès supplémentaires. Au total, 561 personnes sont décédées des suites de la maladie et 43 464 en ont guéri.

Il y a 17 144 cas actifs dans la province. L’Alberta a dépassé la barre des 61 000 cas recensés depuis le début de la pandémie avec 61 169 cas exactement. 

Actuellement, 504 personnes sont hospitalisées, dont 97 aux soins intensifs.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !