•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CHSLD : après un cri du coeur, les proches d'un aîné gagnent « une mini victoire »

Raymond Cantin regarde la caméra et tient un pouce en l'air.

Raymond Cantin est âgé de 90 ans.

Photo : Diane Cantin

Après avoir porté plainte et dénoncé des soins inadéquats prodigués à leur père, ses filles célèbrent « une mini victoire ». L'homme de 90 ans a été transféré dans une chambre mieux adaptée à ses besoins.

Raymond Cantin a été transféré à six reprises depuis le mois de mars après une fracture du bras. Souffrant de nombreux problèmes de santé qui l'empêchent de se déplacer sans aide, il s'est promené entre l’Hôpital Saint-François d’Assise et plusieurs milieux de soins.

Il résidait au CHSLD Notre-Dame-de-Lourdes depuis quelques semaines dans une petite chambre qui n'est pas adaptée à ses besoins, dénonçaient ses proches. La salle de bain était trop petite pour qu'il puisse s'y rendre sans aide avec sa marchette.

Vendredi dernier, Radio-Canada révélait que ses filles Diane et Louise Cantin ont porté plainte le 19 novembre dernier. Le Commissariat aux plaintes et à la qualité des services du CIUSSS de la Capitale-Nationale évalue encore le dossier.

Quelques heures après la publication de l'article, Diane Cantin a reçu un appel pour l'aviser qu'un résident avait quitté la veille et que son père aurait une nouvelle chambre dès le lendemain. Une grande chambre avec lavabo et salle de bain sur le même étage, tout près du poste des infirmières, précise-t-elle.

Soupir de soulagement

Ce changement apporte un peu d'espoir pour la famille. On a gagné une mini-victoire, souligne Diane Cantin, soulagée de savoir que son père a finalement une chambre dans laquelle il peut bouger et qui répond à ses besoins.

Raymond Cantin avec sa femmeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Raymond Cantin avec sa femme Rita

Photo : Diane Cantin

Raymond Cantin, qui doit faire le deuil de vivre avec sa femme dans sa maison, vit difficilement ces nombreux transferts depuis mars. Il a retrouvé un semblant de sourire, rapporte-t-elle.

Le combat n'est toujours pas terminé pour les proches de l'aîné. Son milieu d'hébergement actuel est transitoire. Il attend qu'une place se libère dans un CHSLD près de sa famille, où il pourra s'épanouir, bouger et recevoir l'aide appropriée.

On a hâte, fait savoir Mme Cantin, qui espère obtenir des nouvelles rapidement de la part du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !