•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un client de prostitution juvénile dénoncé par une agence d'escortes

Une femme couchée sur un lit regarde un téléphone cellulaire.

L'agence d'escortes a signalé un client potentiel à la police, puisqu'il réclamait de très jeunes prostituées.

Photo : Getty Images / Delmaine Donson

Un client de prostituées adolescentes a plaidé coupable mercredi matin au palais de justice de Québec après avoir été dénoncé par une agence d'escortes.

En février 2018, Marc Boulanger communique avec l'agence alors qu'il souhaite obtenir les services sexuels d'une mineure.

En utilisant une adresse courriel portant son nom, l'homme de Shannon s'informe sur la disponibilité d'adolescentes âgées de 12 ou 13 ans.

L'agence d'escortes signale alors Boulanger au service de police de Québec, qui identifiera le suspect rapidement.

S'enclenche alors une enquête au cours de laquelle les policiers vont agir sous le couvert d'une fausse agence d'escortes.

Le plus jeune possible

Des enquêteurs entrent en contact avec l'homme de 61 ans, qui dit vouloir obtenir les services d'escortes de moins de 20 ans, tout en spécifiant le plus jeune possible.

La fausse agence l'informe alors qu'il faut payer plus cher, pour des mineurs, ce à quoi Boulanger rétorque que ce n'est pas un problème.

Les discussions portent sur des adolescentes âgées de 13 à 15 ans lorsqu'un rendez-vous est fixé dans un hôtel de Québec, en septembre.

Faux proxénète

Sur les lieux, un agent d'infiltration qui joue le rôle d'un proxénète attend le client.

Marc Boulanger lui remet 100 $ et le faux proxénète lui donne la carte d'accès d'une chambre du deuxième étage.

Le résident de Shannon sera arrêté avant d'y entrer.

Son avocat a tenu à spécifier que son client avait alors décidé de ne pas se rendre dans la chambre, et qu'il se dirigeait vers la sortie, puisqu'il avait des craintes de faire affaire avec le crime organisé.

Marc Boulanger doit revenir devant le tribunal en février pour la détermination de sa peine.

Il est passible d'un minimum de six mois d'emprisonnement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.