•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Route 117 : Pierre Dufour assure que le travail se poursuit

Affiche de la route 117, située dans le secteur de la réserve La Vérendrye.

Pierre Dufour assure continuer de travailler pour améliorer la sécurité sur la route 117 entre Val-d'Or et Rouyn-Noranda. (archives)

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Annie-Claude Luneau

Le ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour, assure que le travail se poursuit en coulisses pour améliorer la sécurité sur la route 117.

Il répond ainsi aux critiques formulées hier par la Conférence des préfets, qui demande des actions concrètes sur le tronçon reliant Rouyn-Noranda à Val-d’Or.

Pierre Dufour avait fait de la réfection de la route 117 une priorité lors de la dernière campagne électorale. Il admet que la marchandise n’a pas été livrée, mais il espère des développements sous peu.

Nous ce qu’on demande depuis le début, c’est un bureau de projet pour avoir une nomenclature pour délocaliser la 117. La portion entre Malartic et Val-d’Or, c’est 264 entrées de cour, soit de maison, de commerces ou de rues transversales, sur une voie rapide, c’est impossible de penser qu’on va maintenir un degré de sécurité suffisant.

Pierre Dufour parle dans un micro lors d'une conférence de presse.

Pierre Dufour, ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

M. Dufour rappelle que le dossier de la courbe Brière à Rivière-Héva pourrait connaître son dénouement en 2021 si le projet de loi 66 est adopté.

Il croit cependant qu’il est illusoire d’envisager une route à quatre voies sur les 109 kilomètres qui séparent Rouyn-Noranda et Val-d’Or.

Il y a d’autres stratégies présentement qui sont élaborées, comme on a vu dans le secteur de Labelle et La Conception : des endroits où il y aurait des possibilités de dépassement. Un des grands constats, c’est qu’après tant de temps derrière une voiture, les gens recherchent un dépassement. Dans la portion qui nous concerne, particulièrement entre Val-d’Or et Rivière-Héva, il n’y a pas vraiment beaucoup d’emplacements de dépassement et ça cause des problèmes.

Pour ce qui est de la mise sur pied d’un bureau de projet, c’est-à-dire une équipe qui serait dédiée uniquement au projet de la 117, Pierre Dufour assure que c’est ce qu’il priorise.

Pour en arriver à un bureau de projet, il faut quand même avoir certaines données factuelles, pas seulement le nombre de voitures de passage. On a commencé à répertorier où sont les enjeux d’expropriation de terrains, où sont les enjeux de véhicules, les problématiques de voitures, de commerces, etc. Ce sont tous ces éléments-là qui font en sorte qu’on arrive à prendre une décision finale.

Pierre Dufour rappelle en terminant que les automobilistes ont aussi un rôle à jouer pour assurer la sécurité de la route 117, notamment en évitant les dépassements dangereux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !