•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La limite du nombre de clients dans les commerces bien accueillie en Outaouais

Des clients visitent le marché de Noël aux Promenades Gatineau.

Pour déterminer la capacité limite d'accueil d'un commerce, les autorités diviseront par 20 la superficie du magasin en mètres carrés.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

L’annonce de nouvelles mesures restrictives dans les commerces par le gouvernement du Québec est bien accueillie dans la région.

Dorénavant, les directeurs de magasins devront limiter le nombre de clients qu'ils accueillent en fonction de leur superficie, et ce, en respectant la règle mathématique suivante : la totalité de la superficie du magasin en mètres carrés divisée par 20.

La formule, ça revient à une personne par 20 mètres carrés. Par exemple, un magasin de 9000 mètres carrés pourra avoir 450 clients et les petits magasins qui sont de 20 mètres carrés et moins, ça sera un client à la fois, a expliqué, mercredi, la vice-première ministre Geneviève Guilbeault.

La Chambre de commerce de Gatineau salue ces nouvelles mesures. Les commerces veulent protéger leurs employés, alors le fait d’avoir moins de monde à la fois, c'est très bon, a souligné le président Pierre Samson.

Il estime que l’extension des heures d’ouverture des magasins permettra de compenser la perte de la clientèle. Selon lui, il est essentiel que le Québec permette aux commerçants de rester ouverts en ces temps d'achalandage élevé dans les magasins, même si la province fait face à une flambée de cas de COVID-19.

Nous, on voit ça d’un bon œil, car ce sont des mesures qui nous permettent de rester ouverts.

Pierre Samson , président de la Chambre de commerce de Gatineau

Même son de cloche chez la présidente fondatrice de la boutique Planète Bébé, Anne-Marie Vachon.

On est resté longtemps fermé au printemps donc pour nous, c’est super important de respecter ces règles-là pour s’assurer de pouvoir continuer à opérer, a-t-elle confié.

La propriétaire de la boutique, située aux Promenades de Gatineau, admet toutefois que ces nouvelles mesures ne changent rien aux règles déjà mises en place dans le centre commercial gatinois.

Mme Vachon pense que cette mesure va plutôt permettre d'uniformiser les règles dans tous les commerces.

Rester ouvert, surtout à ces temps-ci, c'est vraiment vital dans notre cas. Pour nous, c’est rassurant que ça soit uniforme pour tout le monde et que ça rassure la clientèle aussi, a indiqué Mme Vachon.

Même si la ministre Guilbault admet que plusieurs de ces mesures sont déjà en place dans les commerces, elle précise que la différence cette fois-ci, c'est qu'à compter de vendredi, elles seront obligatoires partout au Québec.

La responsabilité revient aux commerçants

La vice-première ministre a indiqué que ce sera la responsabilité des gérants de faire respecter ces mesures.

Pour ce qui est de l'encadrement et de s’assurer que ces règles-là sont respectées, c’est la responsabilité des propriétaires et des commerçants, a affirmé Geneviève Guilbeault. On s’attend peut-être à ce qu'ils puissent embaucher des agents de sécurité privés, mandatés des personnes pour s’assurer de faire respecter les règles.

Aucune aide financière supplémentaire ne sera donnée aux commerçants pour faire appliquer ces règles, a-t-elle précisé.

Pour le président de la Chambre de commerce de Gatineau, le jeu en vaut la chandelle. Il y a un coût, mais je pense que les commerçants sont prêts à le faire, a convenu M. Samson.

Des inspecteurs de la CNESST et les policiers intensifieront leurs visites dans les commerces pour s'assurer du respect de ces nouvelles mesures, notamment lors des journées achalandées comme les soldes du lendemain de Noël.

Les gérants ainsi que les clients qui ne respecteront pas les mesures pourront s'exposer à des amendes de 1000 à 6000 $.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka et Frédéric Pépin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !