•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le traçage numérique pourrait être ralenti par le nombre d'infections en Saskatchewan

Une employée responsable du traçage numérique dans son bureau.

L'Autorité de la santé de la Saskatchewan dit qu'une seule infection peut générer un casse-tête de nombreuses heures pour les employés responsables de faire le traçage numérique.

Photo : Associated Press / Mike Moore

Radio-Canada

Le traçage numérique réalisé par l’Autorité de la santé en Saskatchewan est soumis à de fortes pressions alors que le nombre de cas de COVID-19 augmente dans la province.

Des personnes récemment infectées disent ne pas avoir reçu d’appel des autorités afin d’établir la recherche de contacts, une démarche importante au cœur de la stratégie de la province visant à contrôler la propagation du virus en Saskatchewan.

Le fils de Tracy Thompson a été infecté par la COVID-19 le 25 novembre.

Les médecins avec lesquels elle a parlé lui ont dit que des employés de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan allaient la contacter pour faire le suivi des personnes avec qui son fils a pu être en contact, mais personne ne l'a fait.

On m’a dit : "Quelqu'un vous appellera pour obtenir les détails et les informations pertinentes concernant le traçage numérique", mais non, personne ne m’a appelée, explique-t-elle.

Selon l’Autorité de la santé, un seul cas entraîne de nombreuses heures de travail pour les chercheurs responsables d’établir les contacts des malades sur une période de deux semaines.

Je pense que [les autorités sanitaires] sont submergées par le nombre de demandes. Les employés n'y arrivent pas, dit Tracy Thompson.

L’Autorité de la santé précise qu'elle recrute davantage d’employés, notamment des retraités et des bénévoles, pour faire du traçage numérique en prévision d'une augmentation du nombre de cas.

Toutefois, Dennis Kendel, qui est médecin et consultant en politique de la santé de la Saskatchewan, croit que les personnes atteintes devraient faire leur propre traçage numérique afin de limiter la propagation du virus et de faciliter la démarche réalisée par les employés de la province.

Idéalement, le traçage numérique est fait par un professionnel. Mais les personnes devraient quand même prendre le temps de mettre par écrit le nom des personnes avec lesquelles elles pensent avoir été en contact pendant la période où elles auraient pu être contagieuses.

L’Autorité de la santé souligne que la situation devrait revenir à la normale quand le nombre d’infections diminuera.

Avec des informations de Laura Sciarpelletti

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !