•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mondiaux de basketball en fauteuil roulant à Ottawa en 2026

Elle tente de marquer un panier.

L'équipe canadienne durant un match international

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Basketball en fauteuil roulant Canada a annoncé jeudi que les Championnats du monde de la Fédération internationale de basketball en fauteuil roulant (IWBF) se tiendront à Ottawa en 2026.

Vingt-huit équipes – 16 masculines et 12 féminines – représentant une vingtaine de pays y participeront. Les matchs seront disputés sur deux sites du parc Lansdowne, le pavillon Aberdeen et la Place TD.

Le comité organisateur attend avec impatience d’offrir une expérience inoubliable et chargée d’émotions aux athlètes, aux intervenants et aux spectateurs, tout en étant le fer de lance de l’évolution du jeu au Canada et dans le monde entier, a déclaré la sénatrice et ancienne championne paralympique Chantal Petitclerc, présidente honoraire de l’événement.

Tandis que nous célébrons la Journée internationale des personnes handicapées, nous croyons qu’Ottawa 2026 permettra de diriger des millions de personnes vers un monde plus inclusif, grâce à l’incroyable puissance du sport.

Le Canada a décroché 15 médailles, dont 8 d’or, aux mondiaux de basketball en fauteuil roulant.

L’équipe féminine a dominé ces championnats jusqu’à présent avec 7 médailles, dont 5 d’or, mais a été exclue du podium pour la première fois en 2018.

Cindy Ouellet a participé aux trois derniers mondiaux et compte une médaille d'or et une de bronze, en plus de la 5e place à Hambourg en 2018.

J’ai personnellement éprouvé l’euphorie de représenter le Canada et de remporter une médaille d’or en sol canadien, a dit la championne du monde en 2014 à Toronto qui a participé trois fois aux Jeux paralympiques. En tant qu’athlète, il n’y a pas de plus grand honneur que de concourir à domicile devant votre famille, vos amis et vos concitoyens canadiens.

Cindy Ouellet croit aussi que les retombées sportives d'un tel événement se feront sentir pendant plusieurs années.

C'est sûr qu'on a besoin de relève, dit-elle.

On veut montrer que le sport peut développer des qualités de résilience, de persévérance, de discipline et que tous les jeunes, quel que soit leur type de handicap, peuvent faire du sport à un haut niveau. Ils peuvent espérer représenter le Canada un jour et monter sur des podiums comme les Dean Bergeron, les Chantal Petitclerc de ce monde qui, quand j'étais jeune, m'ont fait réaliser que c'était ce que je voulais faire.

Je crois que ça va beaucoup apporter à notre héritage canadien de recevoir les Championnats mondiaux, ici à la maison, à Ottawa, en 2026.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !