•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tests de qualité de l’air commencent dans des écoles du Bas-Saint-Laurent

Commission scolaire des Phares

Le Centre de services scolaire des Phares effectuera des tests de qualité de l'air dans 13 de ses écoles d'ici le 16 décembre (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À la demande du ministère de l’Éducation du Québec, des tests de qualité de l’air seront effectués dans certaines écoles du Bas-Saint-Laurent au cours des prochains jours.

Les premiers tests ont débuté mercredi dans les établissements du Centre de services scolaire (CSS) des Phares.

Avec des appareils spéciaux, on va mesurer les teneurs en dioxyde de carbone dans les classes, selon un barème établi par le ministère de l’Éducation, explique le directeur technique du CSS des Phares, Carl Ruest, en entrevue à l'émission Info-réveil.

Ce dernier indique que ces tests seront effectués à plusieurs reprises dans une même classe, à différents moments de la journée.

Les centres de services scolaires de la province ne sont pas tenus d’effectuer des tests dans toutes les écoles, mais doivent toutefois sélectionner un échantillon représentatif de l’ensemble des établissements situés sur leurs territoires.

Il y a des écoles qui ont des systèmes de ventilation, d’autres qui n’en ont pas, d’autres pour lesquelles c’est partiel. Il y a des écoles en milieu rural et d’autres en milieu urbain, précise le directeur technique du CSS des Phares. Avec ces paramètres-là, notre échantillon est composé de 13 écoles.

L’année de construction des bâtiments fait également partie des paramètres pris en compte.

Carl Ruest a confiance que les résultats qui seront obtenus dans le parc immobilier du Centre de services scolaire seront satisfaisants. Depuis des années, nos systèmes sont bien entretenus et les écoles où il n’y a pas de système de ventilation, il y a de la ventilation naturelle, dit-il.

Les gens sont habitués d’ouvrir les fenêtres de façon intelligente. Lorsqu’il fait -20 degrés, il ne faut pas geler nos élèves, évidemment, mais à la récréation, les fenêtres s’ouvrent.

Carl Ruest, directeur technique du Centre de services scolaire des Phares

Tous les centres de services scolaires de la province doivent transmettre les résultats des tests effectués au ministère de l’Éducation au plus tard le 16 décembre.

Le CO2 est un indice de la qualité de l’air intérieur dans un bâtiment. Le ministère, avec ces résultats de CO2 à l’échelle du Québec, va être capable de porter un jugement sur l’état de la qualité de l’air dans nos écoles, indique Carl Ruest.

Le gouvernement souhaite ainsi documenter les endroits où la ventilation pose problème, pour entamer des travaux par la suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !