•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hélène David attristée par l'abandon de la relance de la bibliothèque Saint-Sulpice

Un vieux bâtiment est visible de l'autre côté d'une rue enneigée.

La façade de la bibliothèque Saint-Sulpice, à Montréal

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'annonce est suffisante pour qu'Hélène David « sorte de sa réserve d'ex-ministre » : le projet de relance de la bibliothèque Saint-Sulpice, qui devait offrir de nombreuses activités pour les jeunes, est finalement annulé, après l'injection d'un peu plus de 6 millions de dollars.

De passage à Tout un matin, sur les ondes d'ICI Première, Mme David s'est dite personnellement touchée par la décision provenant des bureaux de sa successeure, la caquiste Nathalie Roy.

L'arrêt de ce projet a d'abord été rapporté par Le Devoir.

Je tenais énormément à ce projet-là, a poursuivi l'ex-ministre qui est aujourd'hui députée de Marguerite-Bourgeoys, toujours sous les couleurs du Parti libéral du Québec.

C'est sous sa gouverne, en 2016, que le projet a vu le jour. Il s'agissait de remettre en valeur le bâtiment de la bibliothèque, situé rue Saint-Denis, dans le Quartier latin à Montréal, et qui est inoccupé depuis 2005.

Pour un montant prévu de 21 millions, ce projet de réhabilitation comprenait l'installation de laboratoires destinés aux jeunes, notamment des salles d'expérimentation sur les médias, ainsi que des imprimantes 3D et autres appareils du genre.

Aux yeux de l'ex-ministre, il est non seulement dommage que le projet soit stoppé, mais cette décision envoie un signal inquiétant en ce qui concerne la protection et l'adaptation des bâtiments patrimoniaux délaissés.

Ça a été fondé en 1915, et en 1919, c'était mon grand-père qui était l'équivalent du ministre du Patrimoine. Alors, moi, j'y tenais vraiment beaucoup, à cette bibliothèque-là.

Hélène David

Il y a beaucoup d'enjeux... Écoutez, c'est hyper classé [en matière de protection du patrimoine], a-t-elle poursuivi.

La déception de Mme David est évidemment partagée par la mairesse de Montréal, Valérie Plante. L’abandon du projet de transformation de la bibliothèque Saint-Sulpice par le gouvernement est une grande déception, étant donné l'importance de protéger et de mettre en valeur ce bâtiment phare du Quartier latin, a déclaré la mairesse Plante sur Twitter.

La mairesse Plante a néanmoins assuré le gouvernement du Québec de sa collaboration dans un dossier urgent et important pour la rénovation de ce bâtiment patrimonial exceptionnel.

Un patrimoine en péril?

Mme David s'interroge d'ailleurs sur l'avenir de la révision de la Loi sur le patrimoine, à laquelle s'adonne présentement la ministre Roy. C'est mal barré en titi, parce que si on commence en annonçant l'arrêt des travaux pour Saint-Sulpice, je ne sais vraiment pas ce qu'on va garder comme patrimoine. [...] Ça m'inquiète, a-t-elle ajouté.

Mais où s'en va-t-on avec le patrimoine si on laisse tomber ce projet sous prétexte de quoi... les logiciels [utilisés par les appareils des laboratoires destinés aux jeunes] ne seraient plus à jour? Come on! Votre téléphone et votre tablette, vous les mettez à jour régulièrement avec de nouveaux logiciels. Je pense que ce n'est pas une raison.

Toujours selon Le Devoir, des considérations budgétaires auraient été évoquées, notamment en lien avec l'impact de la pandémie de COVID-19, pour justifier l'arrêt du projet.

La bibliothèque Saint-Sulpice est-elle condamnée à l'abandon, comme de nombreux projets demeurés sans suite après le déménagement des collections vers la Grande Bibliothèque, à quelques pas de là, en 2005?

C'est hyper patrimonial, réitère Mme David. Non seulement l'extérieur, mais aussi l'intérieur, jusqu'aux meubles, ce qui complique grandement les projets d'aménagement.

Jean-Louis Roy dit : "je l'ai appris dans le journal"... À quoi ça sert d'être PDG de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et de s'appeler Jean-Louis Roy, s'il apprend dans le journal que ce projet-là est abandonné. Je trouve que tout ce processus, le fond, la forme, c'est désolant, a renchéri l'ex-ministre David.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !