•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec limite le nombre de clients dans les commerces

Les détaillants saluent la décision du gouvernement de les laisser ouvrir leurs commerces pendant cette période achalandée de l'année.

Des clients font la file avec des paniers dans le stationnement d'un commerce.

Les clients devront patienter davantage à l'extérieur des commerces.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Tous les commerces du Québec devront limiter le nombre de clients qu'ils accueillent en fonction de leur superficie, et ce, à compter de vendredi, a annoncé mercredi la vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Craignant une flambée de cas de COVID-19 dans la province à l'approche des Fêtes, le gouvernement Legault impose une série de mesures supplémentaires dans les commerces en cette période d'achalandage élevé dans les magasins.

Par conséquent, tous les commerces de la province se verront imposer une limite maximale de clients dans leur établissement afin d'y préserver la distanciation sociale, a indiqué Geneviève Guilbault. Pour déterminer la capacité limite d'accueil d'un commerce, les autorités diviseront par 20 la superficie du magasin en mètres carrés.

Ça revient environ à une personne par 20 mètres carrés. Par exemple, un magasin de 9000 mètres carrés pourrait accueillir 450 personnes.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

Pour les commerces et boutiques de 20 mètres carrés et moins, ce sera un client à la fois, a précisé la ministre.

De plus, les commerces auront l'obligation d'afficher de manière très visible et très claire le nombre maximum de clients autorisés dans le commerce en question, a signalé Mme Guilbault.

Enfin, les commerces devront veiller à faire respecter toutes les autres mesures sanitaires et de distanciation déjà en vigueur dans les endroits publics intérieurs, notamment la distanciation de deux mètres entre les clients, autant dans le magasin que dans les files d'attente, et le port du couvre-visage.

Des amendes aux contrevenants

Geneviève Guilbault s'adresse aux médias.

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbaut, rend obligatoire le respect du nombre de clients autorisés dans les commerces en période de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Les policiers et les inspecteurs de la CNESST intensifieront leurs visites dans les commerces pour s'assurer du respect de ces nouvelles mesures qu'impose Québec, a précisé la ministre Guilbault. Les contrevenants ainsi que les clients récalcitrants s'exposent à des amendes de 1000 $ à 6000 $.

Expliquant que ces mesures, qui ne sont pas nouvelles en soi, étaient déjà recommandées par la santé publique aux propriétaires de commerces québécois, la ministre Guilbault a tenu à préciser que la différence, c'est qu'à compter de vendredi, elles seront obligatoires partout.

Cette combinaison de facteurs, on l'espère, fera en sorte que nos magasins pourront demeurer ouverts et qu'ils ne deviendront pas des lieux d'éclosions supplémentaires dans une situation épidémiologique qui est déjà très fragile.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

Accueil favorable des détaillants

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) se réjouit de la décision du gouvernement de laisser ouverts les commerces et encourage les détaillants à continuer de respecter les règles de la santé publique.

Les majorités des détaillants agissent déjà de façon responsable pour appliquer les règles sanitaires et de distanciation exigées. Ils y seront encore plus assidus pour conserver leur privilège d’ouverture en cette période importante d’achalandage, écrit dans un communiqué le directeur général du CQCD, Stéphane Drouin.

Pour lui, la priorité est que les commerces puissent rester ouverts pendant les prochaines semaines malgré quelques défis de gestion qui s’ajouteront.

Un avis que partage également François Vincent, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

Les commerçants vont pouvoir continuer à recevoir des clients, explique-t-il. En date du 30 novembre, 65 % des commerces de détail au Canada n'avaient pas retrouvé leurs ventes d'avant la COVID-19. Chaque achat des consommateurs va vraiment faire une différence.

Pour M. Vincent, les commerces doivent demeurer ouverts. Une des pires choses qui auraient pu être faites, c'est de suivre les mêmes pratiques qu'au Manitoba ou à Toronto et de fermer les petits détaillants indépendants, estime le vice-président de la FCEI pour le Québec.

Pour M. Vincent, les entreprises ont bien compris ce que leur demande la santé publique. Il y a 79 % des PME canadiennes qui font plus que les directives de la santé publique de leur province, souligne-t-il.

On invite vraiment l'ensemble des consommateurs à penser local, à bien planifier leurs achats pour encourager les petites entreprises qui font la beauté de leur quartier, qui dynamise notre économie dans toutes nos régions au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !