•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins affirment que les restrictions doivent être maintenues pendant les Fêtes

Quatre spécialistes de l'Autorité sanitaire de la Saskatchewan sont assis à une table devant des micros lors d'une conférence de presse.

Des spécialistes de l'Autorité sanitaire de la Saskatchewan, dont Julie Kryzanowski, deuxième à partir de la gauche, lors d'une conférence de presse en mars. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor Bothorel

Radio-Canada

Alors que le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, évoquait la possibilité d’assouplir certaines restrictions concernant les rassemblements pendant la période des Fêtes, des médecins de la Saskatchewan préviennent le gouvernement qu’une telle décision pourrait faire augmenter le nombre d’infections dans la province.

Lors d'une assemblée publique réunissant des médecins et des spécialistes de la santé, la semaine dernière, la médecin hygiéniste principale de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, Julie Kryzanowski, a affirmé que, si la tendance actuelle se maintient dans la province, elle atteindra 14 000 cas d’infections d'ici la mi-décembre, alors que le chiffre atteignait 8745 cas, mardi.

La Dre Kryzanowski craint davantage que les autorités sanitaires ne sous-estiment actuellement le nombre de cas actifs dans la province, ce qui pourrait contribuer à une explosion du nombre d’infections.

Lorsque nous sommes en croissance exponentielle, nous savons que le nombre de cas actifs n'est que la pointe de l'iceberg. Nous savons qu'il y a une énorme portion qui demeure sous l'eau et qui représente les cas non diagnostiqués, explique-t-elle.

Avec cette croissance exponentielle, il devient extrêmement complexe de renverser la situation.

Julie Kryzanowski, médecin hygiéniste principale de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan

Selon les plus récents modèles présentés par l’Autorité de la santé, les personnes atteintes de la COVID-19 pourraient bientôt représenter la moitié des personnes qui occupent les lits d'hôpitaux disponibles, une situation qui pourrait durer jusqu'au printemps, estiment les autorités sanitaires.

Le professeur adjoint au Collège de médecine de l'Université de la Saskatchewan Kyle Anderson croit que les propos du premier ministre, Scott Moe, concernant un assouplissement des restrictions pendant la période des Fêtes ne reflètent pas la réalité en ce qui concerne la situation actuelle.

Il craint que ce type de message provenant d'un dirigeant politique ne contribue à un faux sentiment de sécurité et ne soit contre-productif par rapport aux mesures visant à réduire la pandémie dans la province.

Les gens vont penser que la situation va s'améliorer parce que le premier ministre doit avoir les informations les plus à jour et qu’il est en mesure de nous guider avec les meilleurs conseils médicaux, explique Kyle Anderson.

Dans ce cas, il [le premier ministre] ne peut prétendre que la situation nous permet d’espérer un assouplissement des mesures. Nous ne sommes pas rendus là.

Avec les informations de Julia Peterson

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !