•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture des magasins : Doug Ford offre une fin de non-recevoir aux grands détaillants

Des consommateurs qui portent un masque passent devant une vitrine lors des soldes du Vendredi fou.

Les consommateurs se sont précipités au centre commercial Vaughan Mills, en banlieue de Toronto, pour profiter des soldes du Vendredi fou.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Le premier ministre ontarien refuse de se laisser attendrir par les grandes chaînes qui réclament le droit d'ouvrir, en région confinée, en accueillant moins de clients.

Une quarantaine de grands détaillants, y compris La Baie, Canadian Tire, Old Navy, Ikea et Staples, demandaient au gouvernement de permettre à tous les commerces d'ouvrir leurs portes, mais en y limitant le nombre de clients.

J’aimerais leur dire oui, a déclaré le premier ministre mercredi. Les gens pensent à tort que je peux tout changer… bon, je suppose qu’ultimement moi ou le cabinet le pourrions. Mais non, je dois suivre les recommandations du médecin hygiéniste en chef.

Doug Ford souligne que 600 millions de dollars sont consacrés à l'aide aux entreprises touchées par la COVID-19. Je vais faire tout ce que je peux pour les aider, a-t-il ajouté.

À Toronto et dans la région de Peel, seuls les commerces qui offrent des services essentiels, comme les épiceries et les pharmacies, peuvent accueillir les consommateurs à l'intérieur.

Les autres magasins, grands et petits, peuvent livrer la marchandise ou encore remettre les achats au client devant le commerce.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, reconnaît que l’imposition d’un confinement a de graves répercussions pour les gens d’affaires. Elle fait valoir que c’est toutefois une mesure efficace pour lutter contre la propagation du coronavirus.

L’économie ne peut pas prospérer si la population de la province n’est pas en santé, a-t-elle souligné en conférence de presse. Nous avons toujours accordé la priorité au bien-être et à la santé des gens.

Des conséquences imprévues

Les grands détaillants affirment que la stratégie adoptée par la province dans les régions confinées n'a pas mené à une réduction du nombre de consommateurs dans les magasins. Au contraire, il y a eu une concentration des clients dans le nombre limité de magasins toujours ouverts, selon eux.

En d'autres mots, la politique actuelle du gouvernement Ford risque « d'empirer les choses », peut-on lire dans leur lettre adressée à Doug Ford et à sa ministre de la Santé.

Les magasins [toujours ouverts] à Toronto et dans la région de Peel ainsi que dans les communautés avoisinantes sont de plus en plus bondés, comme on l'a vu durant le week-end à Vaughan et à Markham. Cela crée un risque encore plus grand pour la santé publique.

Une citation de :Lettre ouverte de grands détaillants

Les grands détaillants ajoutent ceci : Des milliers de petits magasins indépendants ont dû fermer leurs portes et doivent rester les bras croisés, alors que plusieurs d'entre eux vendent les mêmes produits [que les grandes surfaces toujours ouvertes].

La lettre ouverte fait état de « milliers d'emplois en train d'être perdus » dans le secteur du commerce de détail.

La solution proposée

Les grands détaillants proposaient plutôt de laisser tous les magasins rouvrir, mais en limitant le nombre de clients à 25 % dans les commerces jugés non essentiels.

Combiné au port obligatoire du masque, à l'écart sanitaire, au lavage des mains et à plusieurs autres mesures de santé publique déjà en place, un plafond sur l'achalandage peut limiter davantage le risque de transmission communautaire tout en permettant à plus de commerces de rester ouverts dans les différentes régions en cette période cruciale pour le secteur du commerce de détail, indique la lettre ouverte.

Notons que les règles actuelles limitent les commerces jugés essentiels à 50 % de leur capacité d'accueil, soit le double de ce que proposaient les grands détaillants pour les magasins dits non essentiels.

Le mois dernier, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante avait fait une sortie publique, accusant le gouvernement Ford de favoriser les grandes surfaces, au détriment des petits magasins.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !