•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du changement d’heure : une idée envisagée par le Nouveau-Brunswick

Horloges.

L’Ontario a adopté une loi permettant d’utiliser l’heure de jour toute l’année si le Québec et New York le font aussi.

Photo : Reuters / Thomas White

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a déclaré aimer l’idée proposée par les libéraux d’utiliser l’heure d'été toute l’année. Il adoptera ce projet de loi, à condition que les autres provinces maritimes suivent le pas.

Le chef de l’opposition libérale, Roger Melanson, a suggéré que cette pratique soit adoptée par l'entremise d'un communiqué de presse mardi matin.

Certes, il y a des avantages et des inconvénients, mais je pense que la stabilité qui découlerait de ce changement serait appropriée, croit le premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick.

« Il y a des avantages et des inconvénients », dit Blaine Higgs, mais il affirme qu’il suivra si les autres provinces maritimes le font.

Photo : Radio-Canada

Cela ferait partie d’une bulle atlantique redéfinie, a-t-il dit en plaisantant mardi.

Blaine Higgs a indiqué que le projet de loi pourrait être présenté lors de la session actuelle de la législature.

C’est quelque chose qui vaut la peine d’être considéré, et qui mérite qu’on s’y attaque, ajoute-t-il. Je ne vois aucune raison de ne pas le faire.

Une idée qui fait son chemin

L’Ontario a déjà adopté une loi permettant d’utiliser l’heure avancée toute l’année, si le Québec et l'état américain de New York le font aussi.

L’Opposition libérale néo-brunswickoise croit fortement que la province devrait aussi envisager d’éliminer cette pratique.

Roger Melanson estime que la décision doit être prise si nous voulons être en avance sur cette tendance plutôt qu’en queue de peloton.

La proposition de M. Melanson prévoit que les Néo-Brunswickois avanceraient leurs horloges d’une heure en mars prochain, mais ne les reculeraient pas à l’automne 2021.

Roger Melanson porte un masque et participe à une mêlée de presse.

Roger Melanson, chef de l’opposition officielle à Fredericton et chef intérimaire du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, le 20 novembre 2020.

Photo : Radio-Canada

Il explique que de nombreuses preuves montrent que le changement actuel, qui a lieu deux fois par an, peut affecter la santé des gens.

Quand vous devez boire un café supplémentaire au changement d’heure, cela signifie que quelque chose se produit physiquement et mentalement, dit-il.

Un récent sondage de Narrative Research, une firme d’Halifax, effectué avec Logit Group a révélé que 91 % des personnes interrogées au Nouveau-Brunswick seraient favorables à cette démarche.

Il s’agit du taux le plus élevé de toutes les provinces canadiennes.

Roger Melanson souhaite que les autres provinces maritimes s’engagent afin que nous puissions, espérons-le, faire cela de manière synchronisée.

Le chef de l’opposition a toutefois souligné que la décision du Nouveau-Brunswick ne devrait pas être tributaire d’un accord régional.

Avec les informations de Jacques Poitras de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !