•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les banques alimentaires se préparent à une fin d'année difficile

Des bénévoles trient des fruits donnés par des épiceries.

Le nombre de volontaires est restreint pour faciliter la distanciation physique.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Forcées de mener leurs collectes de dons en ligne à cause de la COVID-19, les banques alimentaires doivent pourtant composer avec une explosion des besoins en nourriture et un nombre réduit de bénévoles.

À Victoria, la Société de Saint-Vincent de Paul a vu le nombre de demandeurs baisser au cours de l'été, mais il est en train de remonter, selon la directrice générale de l'association, Angela Hudson.

Une des raisons est que, lorsque les gens touchaient la Prestation canadienne d'urgence, ils parvenaient à joindre les deux bouts, explique-t-elle, mais maintenant que l'accès à la PCU est plus restreint, leurs besoins essentiels se manifestent à nouveau.

The Mustard Seed, la plus grande banque alimentaire du Grand Victoria, fournit actuellement plus de 45 000 bénéficiaires par le biais de 70 organisations partenaires, selon son porte-parole, Duncan Chalmers.

Nos besoins en produits alimentaires ont augmenté de 66 % depuis le début de la pandémie.

Duncan Chalmers, porte-parole de The Mustard Seed

Pour s'approvisionner, l'association peut compter sur la générosité d'une quinzaine de supermarchés de Victoria qui donnent environ quatre tonnes de produits alimentaires par jour.

En revanche, l'association doit travailler avec un nombre restreint de bénévoles afin de respecter les mesures de distanciation sociale.

Deux bénévoles discutent sur le quai d'un entrepôt.

The Mustard Seed distribue les invendus des supermarchés à des partenaires locaux.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

La Société de Saint-Vincent de Paul et l'Armée du Salut ont ainsi vu partir de nombreux bénévoles âgés alors que ceux-ci représentaient l'essentiel des équipes sur le terrain.

Beaucoup de salariés se retrouvent donc à faire plus que ce qu'on leur demandait avant et beaucoup de bénévoles doivent faire plus que ce à quoi ils s'étaient engagés, regrette Patrick Humble, le directeur général de l'Armée du Salut à Victoria.

Appels au don en ligne

L'Armée du Salut continue d'organiser des collectes de fonds en personne, mais elle a posté ses bénévoles à l'extérieur des magasins afin de réduire les risques d'infection à la COVID-19.

The Mustard Seed, elle, a abandonné sa traditionnelle opération d'emballage de cadeaux et organisera son concert de charité en ligne.

Nous ne vendrons pas autant de billets et nous ne collecterons pas autant de dons que d'habitude, estime Duncan Chalmers, mais nous sommes contents de pouvoir organiser cet événement afin de nous faire connaître et de mobiliser la communauté.

Les banques alimentaires croient qu'elles parviendront à servir leurs bénéficiaires grâce notamment à l'aide financière du gouvernement fédéral annoncée en octobre dernier, mais pour faire face à l'accroissement de la demande, elles comptent sur les dons en ligne.

Pour l'instant, nous gardons la tête hors de l'eau, résume Duncan Chalmers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !